fbpx
Les TET sont souvent contraints de rester en isolement de 17 à 18 jours à leur arrivée au pays en raison de lourdeurs engendrées par le système de dépistage au 10e jour de la quarantaine. Photo : Gracieuseté de l’UPA

Les TET sont souvent contraints de rester en isolement de 17 à 18 jours à leur arrivée au pays en raison de lourdeurs engendrées par le système de dépistage au 10e jour de la quarantaine. Photo : Gracieuseté de l’UPA

Nouveau fournisseur pour le dépistage des travailleurs étrangers

Avec l’arrivée massive des travailleurs étrangers temporaires, les exemples de ratés dans le processus de dépistage au 10e jour de la quarantaine se sont multipliés dans les dernières semaines, ce qui a entraîné de plus en plus d’exaspération chez les producteurs. Ottawa a finalement signé un contrat avec un nouveau fournisseur pour calmer la grogne.

À compter du 28 avril, ce sera l’entreprise Dynacare qui s’occupera de la logistique entourant le dépistage des travailleurs au Québec et qui leur fournira des « services de soutien spécialisés » dès leur arrivée à l’aéroport. L’entreprise, assure-t-on dans un communiqué, sera en mesure de répondre en français, en anglais « et dans d’autres langues ». La firme ontarienne Switch Health avait d’abord été mandatée pour veiller au dépistage durant la quarantaine. Or, plusieurs producteurs se sont dits mécontents de son service.

« Au bout de mon 22e jour, je me suis fait dire que le test est endommagé », a notamment témoigné sur Facebook Marilene Lemire, de l’entreprise Les Jardins Martin Lemire, à Oka dans les Laurentides.

« Les travailleurs sont en prison! Tant qu’ils n’obtiennent pas leur résultat négatif, ils ne peuvent pas sortir; ça n’a pas de sens », s’est pour sa part insurgé le directeur général des Producteurs en serre du Québec, Claude Laniel, découragé par le nombre de commentaires d’agriculteurs insatisfaits que son organisation a reçus.

Selon le directeur général de la Fondation des entreprises en recrutement de main-d’œuvre agricole étrangère (FERME), Fernando Borja, « tous les travailleurs ou presque » ont eu des problèmes avec le test du 10e jour de la quarantaine jusqu’ici. Les TET ont souvent été contraints, dit-il, de rester en isolement de 17 à 18 jours plutôt que 14.

L’Union des producteurs agricoles (UPA), de son côté, a dénoncé à plusieurs reprises les lourdeurs du processus.

Testés au jour huit

Dorénavant, le dépistage durant la période d’isolement s’effectuera au jour 8 plutôt que 10, pour que l’obtention du résultat soit plus rapide.

Rappelons que les travailleurs étrangers temporaires devaient dans les dernières semaines s’autoadministrer un test sous la supervision d’une infirmière en visioconférence. Les détails entourant le protocole qui sera mis en place par le nouveau fournisseur seront connus sous peu.