fbpx
Selon des informations recueillies par FERME, la pause ne sera pas effective dans l’ensemble du Canada, mais plutôt dans les entreprises qui ont eu des cas de COVID-19. Photo : Archives/TCN

Selon des informations recueillies par FERME, la pause ne sera pas effective dans l’ensemble du Canada, mais plutôt dans les entreprises qui ont eu des cas de COVID-19. Photo : Archives/TCN

La venue des TET mexicains « sur pause » dans les fermes infectées  

Le décès de deux travailleurs étrangers temporaires (TET) des suites de la COVID-19 en Ontario pousse le gouvernement mexicain à « mettre sur pause » la venue d’autres travailleurs dans les entreprises agricoles où des cas ont été détectés, selon les dernières informations recueillies par l’organisme FERME.

Une nouvelle de La Presse canadienne selon laquelle le Mexique refuse actuellement de laisser partir tous les TET pour le Canada a pris au dépourvu plusieurs acteurs du milieu agricole au Québec. « C’est très confus, on travaille encore à trouver des réponses », a commenté mardi matin le directeur général de FERME Fernando Borja, ajoutant qu’un avion doit arriver au Québec le 18 juin, par l’entremise de son organisation. Plus tard dans la journée, il a reçu la confirmation du gouvernement mexicain que la pause n’est en fait effective qu’auprès des entreprises touchées par la COVID-19. « L’avion devrait donc arriver comme prévu le 18 juin », a-t-il soutenu.

De son côté, le producteur Guy Pouliot, de Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans, dit avoir reçu la confirmation le 15 juin qu’une trentaine de travailleurs mexicains qu’il comptait faire venir lui-même prochainement ont leur permis de travail en main. Il ajoute avoir réservé des places sur un vol d’une compagnie aérienne mexicaine le 25 juin pour ces TET.

« À l’heure où on se parle, j’ai aussi quelques travailleurs qui doivent arriver le 18 juin et le 20 juin. Aux dernières nouvelles, ces vols sont toujours prévus », soutient-il. 

Le ministère de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées du Canada a pour sa part reconnu qu’il y a « plus à faire » pour protéger les travailleurs saisonniers qui viennent au pays. Le gouvernement dit chercher à déterminer quelles mesures additionnelles peuvent être mises en place pour s’assurer de leur sécurité.