fbpx
Audrey Primeau attendait ses travailleurs à l’extérieur de l’aéroport le 7 avril. Les entrées permises sont limitées en contexte de COVID-19. Photo : Caroline Morneau/TCN

Audrey Primeau attendait ses travailleurs à l’extérieur de l’aéroport le 7 avril. Les entrées permises sont limitées en contexte de COVID-19. Photo : Caroline Morneau/TCN

Des travailleurs manquent à l’appel

Même s’il fait appel aux services de la Fondation des entreprises en recrutement de main-d’œuvre agricole étrangère (FERME) pour l’embauche de travailleurs saisonniers, le Centre maraîcher Eugène Guinois, situé à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay en Montérégie, préfère aller les chercher à l’aéroport par ses propres moyens. Lors du passage de La Terre le 7 avril, Audrey Primeau, petite-fille du propriétaire de la ferme, attendait une vingtaine de Mexicains. Deux n’ont finalement pas pu embarquer dans l’avion.

« Je sais que l’un d’entre eux a testé positif là-bas, parce qu’il m’a appelée. Il était vraiment ébranlé au téléphone. Je l’ai rassuré en lui disant que ce n’était pas de sa faute, que personne n’est à l’abri », témoigne-t-elle. Mme Primeau a finalement su plus tard que le deuxième travailleur avait lui aussi reçu un résultat positif au Mexique. « On a mis plus de temps à le joindre, parce qu’il était gêné de nous appeler. Il se demandait ce qu’il avait fait pour attraper ça », raconte-t-elle.

Plus fréquent cette année

Au total, 8 travailleurs mexicains sur les 178 qui devaient arriver le 7 avril n’ont pas pris leur vol. Le directeur général de FERME, Fernando Borja, souligne qu’il est plus fréquent cette année que des voyageurs manquent à l’appel dans chaque avion, puisqu’un plus grand nombre obtiennent un résultat positif avant de partir que l’an dernier. « Au Guatemala, il y a plus de cas, alors on s’y attendait. Souvent, il manque aussi des voyageurs du Mexique, mais c’est plus difficile de connaître les raisons », ajoute-t-il, soutenant que les communications avec les autorités de ce pays sont plus ardues.

Les travailleurs qui obtiennent un résultat positif avant l’embarquement, précise-t-il, doivent s’isoler pendant 14 jours dans leur pays d’origine, après quoi ils peuvent prendre un autre vol sans passer un second test de dépistage après leur quarantaine. 

VOIR AUSSI
De l’avion à l’autobus : le parcours des travailleurs étrangers à leur arrivée