fbpx
Ghislain Jutras parcourt le Québec bio à bord de sa fourgonnette. Photo : Gracieuseté de Ghislain Jutras

Ghislain Jutras parcourt le Québec bio à bord de sa fourgonnette. Photo : Gracieuseté de Ghislain Jutras

Il veut créer une encyclopédie de toutes les fermes bio du Québec

Sillonnant le Québec avec le sourire au volant de sa fourgonnette, Ghislain Jutras se donne la mission de visiter pratiquement toutes les fermes biologiques du Québec.

Il prend des notes, des vidéos et des photos de ces fermes avec l’objectif de créer un document gratuit qui exposera les meilleures techniques culturales en bio, en plus de parler de l’histoire des producteurs. Son projet se concentre cette année sur les fermes maraîchères, mais il entend élargir son « encyclopédie » à tous les types de fermes, incluant les grandes cultures et les élevages biologiques. « J’avais en tête un projet porteur et rassembleur qui favorise la libre circulation de l’information, et ça se veut aussi une bouteille à la mer. Dans 50 ou 100 ans, quand les gens se demanderont quelle était la dynamique du bio au début au Québec, ils auront accès directement aux témoignages des gens et non à des versions rapportées », explique avec passion cet ancien enseignant en agriculture biologique du Cégep de Victoriaville.

Extrêmement satisfait de l’accueil des 34 fermiers qu’il a visités jusqu’à maintenant et de l’intérêt pour son projet, M. Jutras compte terminer sa tournée en septembre, prendre l’hiver pour diffuser une portion du matériel qu’il a accumulé et repartir le printemps prochain pour visiter d’autres fermes. « Je n’ai pas d’enfants et pas de dettes. Je peux me permettre de prendre le risque d’utiliser une partie de mes économies pour me lancer dans ce projet », explique-t-il. Son projet a d’ailleurs reçu une subvention provinciale de 40 000 $ par le truchement du programme Innov’Action agroalimentaire.

Trois dimensions

L’odyssée de Ghislain Jutras se décline en trois dimensions : historique, technique et sociale. Il s’attardera d’abord aux pionniers du bio datant du début des années 1970. « Ils sont sur le bord de la retraite. On a tout un patrimoine qui va disparaître si on ne garde pas une trace de leur cheminement. Il faut aller chercher cette mémoire pour la préserver. Un coup parti, pourquoi ne pas interviewer les deux autres générations et faire un grand portrait de famille? » lance ce Québec-trotteur. Côté technique, M. Jutras veut profiter de toutes ses visites pour remettre à niveau le Guide de gestion globale de la ferme maraîchère biologique écrit en 2009 par ses confrères Anne Weill et Jean Duval. « Je leur en ai parlé et ils trouvaient l’idée très bonne. Le guide est encore d’actualité, mais il y a eu beaucoup d’innovations depuis 10 ans. Je vais faire une révision, accompagné par d’autres personnes. Ensuite, il sera diffusé sur une plateforme évolutive, ouverte et gratuite, hébergé par le Centre d’expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité (CETAB+) et la Coopérative pour l’agriculture de proximité écologique (CAPÉ) », précise-t-il.

La mise en ligne est prévue pour novembre 2022. La dernière raison de son périple est plus personnelle. « Ça faisait des années que je voulais me payer la traite et aller voir mon monde chez eux; mes élèves, les mentors, les pionniers », dit celui qui a lui-même été agriculteur pendant quelques années.