fbpx
La productrice maraîchère Véronique Bouchard, de la Ferme aux petits oignons, a récemment fait paraître un livre pour apprendre à cuisiner sans recettes. Photo : Isabelle Michaud

La productrice maraîchère Véronique Bouchard, de la Ferme aux petits oignons, a récemment fait paraître un livre pour apprendre à cuisiner sans recettes. Photo : Isabelle Michaud

Une maraîchère signe un « anti-livre de cuisine »

Véronique Bouchard, cofondatrice de la Ferme aux petits oignons, de Mont-Tremblant, signe le livre Cuisiner sans recettes, un « anti-livre de cuisine » qui veut aider le public à renouveler sa façon d’aborder l’alimentation.

Cuisiner sans recettes est publié chez Écosociété.

Cuisiner sans recettes est publié chez Écosociété.

« On n’a jamais acheté autant de livres de recettes et pourtant, on n’a jamais cuisiné aussi peu. Je veux redonner aux gens le goût de préparer les repas en ­partant de l’aliment disponible et non pas d’une recette toute faite. Cela suppose aussi d’adapter notre consommation au rythme des produits saisonniers », mentionne la productrice maraîchère.

L’idée du livre est née d’un constat. Depuis 15 ans, Véronique Bouchard distribue des paniers bio à ses abonnés à qui elle doit aussi fournir des recettes parce qu’ils ne savent pas toujours comment apprêter les légumes. Elle s’est alors dit qu’il valait mieux les aider à cuisiner autrement en les invitant à « libérer le créateur culinaire » en eux en fonction du contenu du réfrigérateur et non pas en courant acheter ce que dicte une recette.

La résilience alimentaire

Celle qui est aussi agronome a entamé la rédaction de ce livre il y a cinq ans. Elle était loin de se douter à l’époque qu’il serait publié en pleine pandémie de COVID-19. « Cela a ajouté de la pertinence au livre, dit-elle. Je l’ai fait dans une perspective de changements climatiques qui sont susceptibles d’entraîner un bris dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Des menaces pouvant sembler lointaines, mais qui se sont concrétisées avec la crise sanitaire, alors que des produits sont venus à manquer dans les épiceries. »

Transformer son alimentation et adopter des modes alternatifs d’approvisionnement de façon à rapprocher les consommateurs des producteurs permet de favoriser la résilience alimentaire, estime l’autrice.

Dans son livre, elle propose certaines bases, des méthodes de préparation éprouvées à partir desquelles il est possible de laisser libre cours à son imagination pour créer des plats simples et efficaces.

L’ouvrage, publié chez Écosociété, fourmille également de conseils pour éviter le gaspillage alimentaire, réduire les déchets à la source et économiser grâce à la mise en conserve, la congélation ou la déshydratation des aliments. « Des trucs qui sont à la portée de tous », précise-t-elle.

Véronique Bouchard met aussi de l’avant des aliments qui poussent au Québec en les associant avec un producteur, une façon pour elle de faire connaître tout le travail derrière la ­production alimentaire. 

Sylvie Lemieux, collaboration spéciale