fbpx
Les consommateurs du Canada et des États-Unis ont augmenté significativement leurs achats de sirop d’érable, disent les transformateurs. Photo : Shutterstock

Les consommateurs du Canada et des États-Unis ont augmenté significativement leurs achats de sirop d’érable, disent les transformateurs. Photo : Shutterstock

Les ventes de sirop d’érable grimpent en flèche

Bonne nouvelle pour les acériculteurs : le sirop sort des entrepôts à un rythme quasi record ces temps-ci.

« On est agréablement surpris, les marchés ont explosé. Au début, on pensait que les magasins commandaient plus pour remplir leurs tablettes, mais c’est plus que ça. Ce sont des commandes à répétition. Toute l’industrie vit cet engouement », précise avec satisfaction Sylvain Lalli, président du Conseil de l’industrie de l’érable. Sa propre compagnie située au Bas-Saint-Laurent, les Érablières des Alleghanys, connaissent des ventes 25 % plus élevées depuis février.

Les gens cuisinent davantage

L’un des grands transformateurs mondiaux de sirop d’érable, la coopérative Citadelle située au Centre-du-Québec, réalise aussi de bonnes affaires, surtout aux États-Unis. Sans révéler ses chiffres, le directeur des affaires institutionnelles Rick Lavergne dit que les mois de mars et d’avril ont été très bons. « C’est pas loin des résultats de nos meilleures années », dit-il, attribuant ces résultats aux mesures de confinement qui motivent les gens à cuisiner davantage et à changer leurs habitudes alimentaires.

Ces ventes à la hausse des transformateurs permettent d’éviter la création de surplus importants de sirop reliés à une prolifique saison des sucres 2020. « C’est drôle à dire, mais ça adonne bien! On avait du sirop qui rentrait et 48 heures après, il était embouteillé et partait dans les camions se faire livrer. Il faut juste espérer que [ce rythme de vente] va rester », affirme M. Lavergne.