fbpx
Photo : Shutterstock.com

Photo : Shutterstock.com

Quand les enfants sont pris en sandwich

Le milieu agricole, comme le reste de la société, n’échappe pas aux séparations ni aux divorces. Si certains parents s’efforcent d’établir une collaboration pour le mieux-être de leurs enfants, d’autres se tirent dessus à boulets rouges sans se soucier des dommages qu’ils leur font subir. Selon le Carrefour aliénation parentale Québec, 50 % des couples se séparent, 25 % d’entre eux se dénigrent et se sabotent, tandis que 10 % se livrent une guerre sans merci.

Obnubilés par leurs conflits, des ex-conjoints parlent aux enfants de l’autre parent en termes peu élogieux, le dénigrent et le rabaissent. « Cet incapable ne s’est jamais occupé de vous. Ses animaux ont toujours passé en premier. La ferme a toujours pris toute la place, pourquoi ça changerait aujourd’hui? » « Il n’est même pas capable de se faire à manger; il ne pourra jamais prendre soin de vous autres. » « La ferme, c’est pas pantoute une place pour vous autres. » « Votre mère, c’t’une crisse de folle, une bonne à rien, pas fiable pour cinq cennes. Elle sait rien faire comme du monde. » « Madame fait juste mettre la marde partout où elle passe. Un jour, vous allez comprendre comme moi que vous êtes mieux de vous tenir loin d’elle. »

Lorsqu’on veut punir l’autre en utilisant différentes tactiques pour le discréditer ou l’empêcher de voir ses enfants, ce sont ces derniers qu’on punit en premier. Il existe de nombreux comportements néfastes pour eux où ils sont manipulés. « Votre père [ou votre mère] ne vous aime pas autant que moi. » On les culpabilise d’avoir une bonne relation avec l’autre parent. On les boude ou on les ignore lorsqu’ils disent du positif de son ex-conjoint. On n’adresse plus la parole à ce dernier et on utilise ses rejetons comme messagers. « Tu diras ça à ton père [ou à ta mère]. » On se dispute devant les enfants. « Tes enfants, ça compte pas, tu payes jamais rien! » Les mots prononcés en leur présence peuvent leur causer bien des maux.

Un stressant conflit de loyauté

En discréditant systématiquement l’autre parent devant les enfants, en voulant qu’ils prennent parti pour l’un ou l’autre, on les place dans un stressant conflit de loyauté. Déchirés entre l’amour qu’ils portent à leurs parents, ils se sentent pris en sandwich entre les deux. Ils apprennent à se taire et à cacher des choses.

À l’extrême, le dénigrement de l’autre peut conduire à l’aliénation parentale, où les enfants coupent complètement le lien avec l’un des parents sous l’influence de l’ex-conjoint. Bien sûr, il peut y avoir des comportements irresponsables et des attitudes déplorables d’un parent, mais ce sont des histoires à régler entre adultes. On n’a pas à mêler les enfants à ça. On doit les protéger des conflits parentaux.

Une séparation n’est jamais une partie de plaisir. Lorsqu’on est en colère contre l’autre, qu’on se sent trahi, qu’on est plein de rancœur et qu’on veut faire souffrir l’autre comme il nous a fait souffrir, la collaboration parentale peut s’avérer extrêmement difficile. Pourtant, on ne doit jamais perdre de vue le bien-être des enfants et leur besoin d’avoir leurs deux parents dans leur vie. On n’a qu’un père et une mère.

Les parents devraient pouvoir compter sur des amis pour avoir l’heure juste et les aider à faire la part des choses. Avant qu’une situation ne dégénère trop, on peut aussi avoir recours à des professionnels tels que travailleurs de rang, médiateurs et psychologues.