fbpx
Avec les changements climatiques, la luzerne aura de plus en plus de difficulté à traverser l’hiver. Photo : Shutterstock

Avec les changements climatiques, la luzerne aura de plus en plus de difficulté à traverser l’hiver. Photo : Shutterstock

Changements climatiques : des prairies plus résilientes

Les changements climatiques rendent la vie difficile aux producteurs fourragers, qui doivent trouver des solutions pour que leurs prairies continuent d’offrir des rendements stables, année après année.

« Les changements climatiques sont déjà là. Les producteurs ont donc tout intérêt à travailler sur la résilience de leur système fourrager », lance d’emblée l’agronome et professionnel en nutrition et fourrages chez Lactanet, Jean-Philippe Laroche.

Pour contrer les épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents, le spécialiste propose de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. « Il faut absolument que les producteurs diversifient leur système fourrager. Si on a juste des plantes fourragères pérennes et que c’est une mauvaise année pour ce type de plantes, nos rendements ne seront vraiment pas bons. »

Il suggère donc d’opter pour un mélange ­fourrager qui compte de la luzerne et entre trois et cinq espèces de graminées. « On peut aussi faire un peu de maïs ensilage qui aura un rendement plus intéressant en cas de sécheresse », souligne l’agronome.

Selon Jean-Philippe Laroche, les mélanges fourragers sont également une bonne option pour favoriser la survie des légumineuses à la saison froide. Il faudra également que les semenciers proposent des cultivars plus résistants. « Ce sera de plus en plus difficile pour ces plantes-là de traverser l’hiver, précise l’expert. Les producteurs devraient donc toujours regarder le score de survie à l’hiver quand ils achètent leurs semences », conseille M. Laroche.

Il ajoute que la régie de coupe est au cœur de la résilience des systèmes fourragers. Pour lui, il est essentiel que les producteurs trouvent un équilibre entre l’intensité de la régie de coupe et leurs besoins réels en fourrages. 


Ce texte est paru dans l’édition de mai 2021 du magazine L’UtiliTerre.