fbpx
Grâce à la bande dessinée, le message scientifique parvient à toucher un plus large public.

Grâce à la bande dessinée, le message scientifique parvient à toucher un plus large public.

Les superhéros se cachent aussi dans les labos!

Deux doctorants de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal utilisent la bande dessinée pour véhiculer les résultats de leurs recherches et éduquer la population sur l’importance de la lutte contre l’antibiorésistance dans les troupeaux laitiers.

Cette bande dessinée originale, signée Hélène Lardé et Jonathan Massé, permet de capter l’attention et transmet un message scientifique avec humour. Des heures de travail sont résumées afin de livrer un message clair : il y a présentement un projet de recherche sur les antibiotiques dans les fermes laitières au Québec.

Pour ce projet d’envergure, on a suivi cent exploitations dans les régions au sud du Québec pendant un an pour collecter des données sur l’utilisation d’antibiotiques. De plus, des échantillons ont été recueillis pour établir l’antibiorésistance dans chacune des fermes. Les médecins vétérinaires des bovins laitiers du Québec ont également été impliqués dans le
projet afin de mettre en lumière les défis quotidiens auxquels ils font face dans leur pratique.

Les aventures extrANTIBIOrdinaires sont décrites dans plusieurs épisodes de bandes dessinées. Les deux premiers épisodes présentent l’équipe de recherche. Les quatre suivants résument ce qui a été fait sur le terrain et dans le laboratoire. Les futures aventures de WonderH et SuperJ seront présentées dans les épisodes à venir, qui incluront des résultats de ce projet. 

Vous pouvez voir les aventures extrANTIBIOrdinaires en visitant le site Web oplait.org, en vous inscrivant à l’infolettre ou en suivant la page Facebook du regroupement Op+Lait.

Documenter l’utilisation

Les antibiotiques sont fréquemment utilisés dans les productions animales. Dans les fermes laitières, ils sont administrés aux bêtes pour le traitement de la mammite, des maladies respiratoires et d’autres infections. Cependant, l’usage des antibiotiques peut également avoir des conséquences néfastes, notamment la présence de résidus médicamenteux dans les produits de consommation et le développement de résistance des bactéries des bovins laitiers ou des humains aux antibiotiques.

Bien que les producteurs et les médecins vétérinaires soient de plus en plus sensibilisés à un emploi judicieux des antibiotiques, il n’existe pas de données sur l’utilisation actuelle ni sur les résistances à la ferme. C’est pourquoi nous avons besoin de véritables superhéros qui recueillent méticuleusement des données dans les exploitations laitières afin de pouvoir élaborer des stratégies adaptées pour améliorer la santé des troupeaux tout en luttant contre l’antibiorésistance. 

Qu’est-ce que la résistance aux antibiotiques? 

La résistance se développe chez les bactéries à la suite d’une exposition aux antibiotiques. Cette sélection naturelle des bactéries est amplifiée par l’utilisation abondante ou inadéquate d’antibiotiques. Cette résistance est donc un problème de santé publique mondial. Elle menace notre capacité à traiter les infections bactériennes tant chez les animaux que chez les humains, puisque les antibiotiques prescrits par les médecins sont très similaires à ceux qui le sont par les vétérinaires.

Hélène Lardé et Jonathan Massé, étudiants au doctorat à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal