fbpx
La « quête de sens » des agriculteurs à la retraite sera au cœur de l’essai doctoral d’une étudiante en psychologie à l’Université Québec à Trois-Rivières. Photo : Shutterstock

La « quête de sens » des agriculteurs à la retraite sera au cœur de l’essai doctoral d’une étudiante en psychologie à l’Université Québec à Trois-Rivières. Photo : Shutterstock

Un projet d’étude sur la réalité des agriculteurs retraités

Une candidate au doctorat en psychologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières s’intéressera, dans le cadre de son essai doctoral, à la réalité des retraités du milieu agricole.

Catherine Dupuis-Fortier

Catherine Dupuis-Fortier

« C’est une étude exploratoire de la quête de sens chez les retraités du milieu agricole », résume l’étudiante Catherine Dupuis-Fortier. Dans le cadre de son projet de recherche, elle cible les agriculteurs en raison du dévouement particulier qui les lie à leur métier et qui implique souvent la famille, puis du vide potentiel laissé par la retraite.

« La littérature de base dit que quand une personne s’investit dans une activité significative tout au long de sa vie et qu’elle arrête cette activité subitement, elle cherche du sens à sa vie. Ce que je veux faire, c’est documenter la manière dont les agriculteurs arrivent ou non à donner du sens à leur quotidien après avoir arrêté la production. Comment ils cherchent de nouvelles activités », poursuit l’étudiante qui en est actuellement à recruter des participants ouverts à raconter leur vécu.

Ceux-ci doivent avoir 65 ans ou plus et doivent avoir diminué d’au moins 50 % leur implication à la ferme, depuis au moins un an. Ils doivent aussi avoir eu une exploitation agricole dans les cinq dernières années.

« Je vais par exemple leur demander à quoi se résument leurs activités quotidiennes, l’événement qui les a poussés à se retirer », explique la candidate au doctorat, précisant que le projet de recherche prendra la forme d’entrevues semi-structurées.

Les personnes qui souhaitent participer au projet d’étude peuvent écrire à Catherine Dupuis-Fortier à l’adresse : [email protected]