fbpx
La mise en place d’un système de monitorage est une étape primordiale pour l’amélioration continue des pratiques liées à l’utilisation et à la prescription des antibiotiques. Photo : Shutterstock

La mise en place d’un système de monitorage est une étape primordiale pour l’amélioration continue des pratiques liées à l’utilisation et à la prescription des antibiotiques. Photo : Shutterstock

Monitorage des antibiotiques utilisés en santé animale

La résistance bactérienne aux antibiotiques est un phénomène croissant qui pourrait causer 10 millions de décès à travers le monde d’ici l’année 2050. Cette menace pour la santé humaine, la santé animale et la sécurité alimentaire représente un enjeu important pour le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

Afin de lutter contre l’antibiorésistance, le MAPAQ a mandaté en 2018 la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal (FMV) pour évaluer la faisabilité d’un système de monitorage des antibiotiques utilisés en santé animale à l’échelle de la province. La mise en place d’un tel système est une étape primordiale pour l’amélioration continue des pratiques liées à l’utilisation et à la prescription des antibiotiques.

Dans le cadre de cette étude de faisabilité, les représentants des différents acteurs en santé animale ont convenu de l’utilité d’un système de monitorage et ont été consultés pour définir la vision d’ensemble d’un tel système. La démarche comprenait deux concertations générales (en juin 2019 et en septembre 2020) et des groupes de discussion par secteur (à l’automne 2019). En parallèle, des projets d’expertise ont permis d’évaluer la faisabilité technique (ex. : standardisation des données à collecter, indicateurs pour mesurer l’utilisation des antibiotiques, format des différents rapports, systèmes informatiques en place et modifications nécessaires) et de déterminer des mécanismes juridiques et éthiques pour encadrer la démarche d’implantation (ex. : exigences éthiques et juridiques en matière de consentement, cadre juridique et incitatifs à la participation).

Depuis la remise, en mars 2021, du rapport final de l’étude de faisabilité comprenant les recommandations de la FMV, le MAPAQ explore différents moyens d’implanter ce système, dont des avenues réglementaires.

De plus, cet été, le MAPAQ a confié à la FMV, par l’entremise du Centre d’expertise et de recherche clinique en santé et bien-être animal, le mandat de poursuivre plusieurs travaux en lien avec l’utilisation des antibiotiques.

Ces travaux comprennent notamment :

1) une étude pour évaluer la présence et le format des données nécessaires au monitorage dans les meuneries de taille moyenne et chez leurs détaillants; ce projet évaluera aussi la capacité technique des meuneries à fournir ces données de façon informatisée;

2) une étude similaire pour évaluer la capacité technique des cliniques et des pharmacies vétérinaires à fournir les données sur les ventes d’antibiotiques utilisés par injection ou dans l’eau d’abreuvement;

3) l’élaboration d’une entente de principe pour clarifier les règles du jeu concernant l’accès aux données (propriété des données, accès aux données, consentement et gouvernance des données).

Ce dernier projet est important puisqu’il permettra de clarifier plusieurs points entre les parties, comme la préservation du droit de regard des propriétaires des animaux sur leurs données ou l’obtention du consentement des éleveurs pour utiliser leurs données.

Il y a donc du travail à accomplir! Les travaux ont débuté cet été, et les producteurs agricoles seront invités à participer à ces projets importants pour une meilleure gestion de la résistance aux antibiotiques utilisés en santé animale.

Dr Sébastien Buczinski, m.v., Directeur du Centre d’expertise et de recherche clinique en santé et bien-être animal et de l’équipe de développement du système de monitorage des antibiotiques en santé animale
Dre Lauriane Duplaix, m.v., Vétérinaire au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation