fbpx
Les propriétaires et employés de la Ferme Quinn hébergent actuellement une vingtaine de réfugiés ukrainiens. Photo : Gracieuseté de Stephanie Maynard

Les propriétaires et employés de la Ferme Quinn hébergent actuellement une vingtaine de réfugiés ukrainiens. Photo : Gracieuseté de Stephanie Maynard

La Ferme Quinn se mobilise pour 21 réfugiés ukrainiens

Le Noël des campeurs a été célébré dans une ambiance particulière, le 23 juillet, à la Ferme Quinn. Vingt et un réfugiés ukrainiens, hébergés depuis les derniers mois par les propriétaires et les employés de la ferme de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, en Montérégie, ont pris part aux festivités. Cinq d’entre eux y festoyaient même en tant qu’employés officiels de la ferme.

Si sa femme ne l’avait pas retenu, le copropriétaire de la ferme, Philippe Quinn, serait même allé en Ukraine combattre les forces russes qui venaient d’envahir le pays, l’hiver dernier. Stephanie Maynard l’a plutôt convaincu d’aider ceux qui fuiraient la guerre et choisiraient le Québec comme terre d’accueil. Cinq mois plus tard, les producteurs maraîchers ont le sentiment du devoir accompli.

Grâce à plusieurs activités de financement, la ferme, aidée d’amis de la région, a amassé près de 40 000 $ pour soutenir les réfugiés. « Pour une gang, on a payé le vol; d’autres ne savaient pas où ils allaient coucher le soir même en arrivant à Montréal donc on les a pris sous notre aile », raconte M. Quinn.

Au total, les producteurs agricoles ont aidé au moins une trentaine de réfugiés à s’installer et à trouver du travail ces derniers mois. Comme Katerina et son fils de 3 ans, qui ont quitté Kyiv à la fin juin. « La première question que son garçon lui a posée [en arrivant au Québec], c’est : « Pourquoi il n’y a pas de sirènes ici, maman? » », rapporte le producteur. Si la famille Quinn héberge sous son toit cette dernière, qui travaille maintenant à temps plein à la ferme, d’autres employés ont aussi offert de prêter main-forte. 

Albina et Elena sont deux sœurs jumelles arrivées récemment avec leurs trois enfants. La famille a passé trois semaines dans l’un des appartements libres des habitations habituellement réservées aux travailleurs guatémaltèques, avant que la gérante de cuisine de la ferme propose de les héberger de façon permanente. Les sœurs donnent un coup de pouce à la ferme à raison d’une ou deux journées par semaine. Sergei, Ania et leur fils de 2 ans, pour leur part, ont été hébergés par la gérante de bureau de la ferme, Marie-Ève. « Sergei a trouvé de l’ouvrage dans une usine de Huntingdon et Ania est encore avec le petit à la maison, mais elle travaille les fins de semaine avec nous autres », indique M. Quinn. Au total, cinq Ukrainiens travaillent maintenant à la ferme, à temps plein ou à temps partiel.

Une garderie

Pour permettre aux réfugiés de travailler et de faire avancer leurs démarches d’immigration, la ferme a même ouvert une garderie. Deux amies ukrainiennes arrivées au Québec avec leurs quatre enfants peu avant la guerre s’occupent d’un maximum de six bambins, six jours par semaine. Cette initiative permettra même à une employée de la ferme en congé de maternité de revenir plus rapidement au travail, au grand bonheur de cette dernière.

La famille Quinn ralentira toutefois ses ardeurs philanthropiques pour quelque temps. « Mais c’est officiel que si ça se calme cet hiver en Ukraine, on va aller donner un coup de main là-bas pour reconstruire », affirme Philippe
Quinn.