fbpx
Les Serres Lefort ont déposé un avis de proposition à leurs créanciers au début du mois. Crédit photo : Archives/TCN

Les Serres Lefort ont déposé un avis de proposition à leurs créanciers au début du mois. Crédit photo : Archives/TCN

Les Serres Lefort sous la protection de la Loi sur la faillite

L’un des fleurons agricoles québécois, l’entreprise maraîchère Les Serres Lefort, a déposé un avis de proposition à ses créanciers le 6 septembre, et ce, conformément à la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. L’exploitation doit près de 45 M$.

Contacté par La Terre, le président Sylvain Lefort se disait en négociation stratégique pour assurer la continuité de la compagnie. Bien qu’il n’ait pas voulu détailler à ce stade-ci les raisons ayant entraîné les défauts de paiements, il a cependant mentionné que le rendement de ses cultures de légumes biologiques n’atteignait pas les objectifs.

Le directeur général des Producteurs en serre du Québec, Claude Laniel, déplore la situation : « Il manque de soutien technique et de connaissances scientifiques dans la production biologique en serre. Les Serres Lefort ont développé à leurs frais et à leurs dépens la culture de concombres et de poivrons. » M. Laniel craint que les gens qui investiront dans Les Serres Lefort mettent le bio de côté afin de rentabiliser les opérations à court terme. « On perdrait ainsi l’expertise que les Lefort ont acquise dans le bio depuis trois ans », s’inquiète-t-il.  

Rappelons que Les Serres Lefort se désignent comme le plus important producteur serricole sur un seul site au Québec avec 20 ha de serres. En mars 2016, l’entreprise avait annoncé un investissement de 27 M$ pour la construction de 8 ha de serres additionnelles essentiellement destinées à la culture de concombres, de miniconcombres et de poivrons à Sainte-Clotilde, en Montérégie. 

Des créances de 45 M$

La liste des créanciers diffusée par Raymond Chabot, le Syndic autorisé en insolvabilité, indique que la Fédération des caisses Desjardins du Québec apparaît comme le plus important créancier avec 31,7 M$, suivi d’Investissement Québec avec 6,9 M$. Parmi les créanciers non garantis, notons entre autres Fafard et Frères (672 792 $), Plant Products (670 921 $), La Financière agricole du Québec (333 333 $), Agrocentre Fertibec (284 316 $), Armand Duhamel & Fils (206 034 $) et Premier Tech Aqua (202 377 $).

Les Serres Lefort ont déposé un avis de proposition à leurs créanciers au début du mois. Crédit photo : Archives/TCN

Sylvain Lefort présentant ses installations dans le cadre de l’annonce d’un investissement de 27 M$, en mars 2016. Crédit photo : Archives/TCN