fbpx
Stéphane Bourque, responsable de la gestion des travailleurs étrangers sur la Ferme des Ormes en compagnie d’un groupe d’ouvriers mexicains et guatémaltèques. Photo : Gracieuseté

Stéphane Bourque, responsable de la gestion des travailleurs étrangers sur la Ferme des Ormes en compagnie d’un groupe d’ouvriers mexicains et guatémaltèques. Photo : Gracieuseté

Les premiers travailleurs étrangers sont arrivés

TROIS-RIVIÈRES – Environ 160 travailleurs agricoles provenant du Mexique sont arrivés en sol québécois au cours des dernières heures et ont entrepris leur période de confinement de 14 jours avant de pouvoir se mettre au travail.

Il s’agit du premier contingent de travailleurs étrangers temporaires arrivé à bord d’un avion nolisé depuis le début de la crise sanitaire du COVID 19. La grande majorité d’entre eux, plus d’une centaine, sont montés à bord d’autobus pour se diriger vers l’Ile d’Orléans où ils doivent observer leur période de confinement sous la surveillance de leur employeur.

La vice-première ministre du Canada Chrystia Freeland a indiqué hier qu’une surveillance étroite était effectuée auprès de ces travailleurs à leur arrivée dans le but de détecter le moindre symptôme, mais qu’ils ne subiraient pas systématiquement de test de dépistage de la COVID 19.

D’autres avions transportant des travailleurs mexicains et guatémaltèques sont attendus au cours des prochains jours.

« Les deux premiers travailleurs vont arriver vendredi prochain mais on souhaite en accueillir une vingtaine, a indiqué à la TCN Josée Bourque, copropriétaire de la ferme maraîchère La Ferme des Ormes de Pierreville au Centre-du-Québec. »

« On a fait nos devoirs pour s’assurer de respecter les consignes de confinement et de distanciation physique. On va les répartir dans trois logements et on s’en est fait offrir un quatrième s’il y a un besoin. »

Comme de nombreux producteurs, les propriétaires de la Ferme des Ormes ne peuvent encore dire s’ils pourront produire à pleine capacité cette année.