fbpx
Le fondateur de la plateforme Arrivage, Thibault Renouf. Photos : Arrivage

Le fondateur de la plateforme Arrivage, Thibault Renouf. Photos : Arrivage

Une plateforme transactionnelle entre restaurateurs et agriculteurs

Depuis sa mise sur pied, la plateforme Arrivage permet aux agriculteurs de proposer leurs produits directement aux restaurateurs, sans passer par un intermédiaire, tout en diversifiant l’offre des distributeurs et en valorisant les produits du terroir québécois. L’idée est noble, mais pour mieux protéger les agriculteurs d’éventuels défauts de paiement, la plateforme deviendra transactionnelle à l’automne.

« J’ai eu une expérience d’un [restaurant] qui a fait faillite récemment, et on sait très bien qu’ils ne sont pas toujours les meilleurs pour payer, donc l’idée, c’était de sécuriser l’agriculteur et de s’assurer qu’on n’ajoutait pas [sur la plateforme] de restaurants uniquement intéressés à grossir leurs marges de crédit », indique Thibault Renouf, cofondateur de la plateforme réunissant 200 producteurs et 70 restaurateurs. Non seulement celle-ci deviendra transactionnelle à l’automne, mais les utilisateurs devront payer des frais d’inscription annuels. « Le fait qu’on fasse payer des frais d’abonnement annuel permet de faire rentrer des gens qui vont payer les agriculteurs, et ça, pour nous, c’est important », ajoute ce dernier.

Un peu plus de la moitié des utilisateurs de la plateforme ont des entreprises de moins de 10 ans.

Un peu plus de la moitié des utilisateurs de la plateforme ont des entreprises de moins de 10 ans.

Les développeurs ont longuement discuté avec les producteurs pour répondre à leurs besoins de mise en marché. La prochaine étape sera de construire une plateforme qui permettra la gestion des ventes, le calendrier, etc. Si un agriculteur a de la grêle une nuit et qu’il ne peut pas fournir ce qu’il devait livrer, il pourra interpeller directement le chef le lendemain matin, grâce à une zone de discussion disponible sur la plateforme. Une initiative qui améliorera la communication et consolidera les relations entre les chefs et leurs agriculteurs. « C’est là qu’on s’en va », souligne M. Renouf. Par ailleurs, si le producteur en question ne peut rien livrer, le chef aura la possibilité de s’approvisionner auprès d’un autre via la plateforme ou de faire appel à un distributeur conventionnel.

La nouvelle version d’Arrivage devrait être opérationnelle à l’automne.