fbpx
Ariane Lord, de l’entreprise Éléonord, mettra au point des desserts à base de champignons. Photo : Gracieuseté d’Ariane Lord

Ariane Lord, de l’entreprise Éléonord, mettra au point des desserts à base de champignons. Photo : Gracieuseté d’Ariane Lord

Incitatifs mycologiques au Kamouraska

Dix projets ont été sélectionnés dans le cadre d’un programme de soutien aux entreprises mycologiques de la MRC de Kamouraska. Ces entreprises, réparties dans deux volets, développeront au cours des prochains mois de nouveaux produits intégrant des champignons forestiers.

Parmi les cinq entreprises du volet de la transformation de produits bioalimentaires, on retrouve la Ferme Le Mouton Blanc, de La Pocatière, spécialisée dans la production de fromages à base de lait de brebis. « Notre projet, qui est encore embryonnaire, explique le maître fromager, Pascal-André Bisson, consiste à produire un fromage intégrant les champignons du Kamouraska. » Selon les tests et la durée de l’affinage, ce produit sera en vente cette année ou en 2022.

Ariane Lord, de la toute nouvelle entreprise Éléonord, propose en ligne des produits gourmands à saveurs boréales. L’aide lui permettra de développer d’ici l’automne prochain des desserts originaux intégrant des champignons en vue d’aller chercher des saveurs jamais explorées au Québec. Il est trop tôt pour préciser quelles variétés de champignons Ariane compte utiliser, mais, dit-elle, « le lactaire à odeur d’érable offre de belles possibilités ».

Les entreprises de ce volet profiteront d’un soutien d’une valeur de 4 000 $ se traduisant par un transfert d’expertise, de la matière première et une banque de 25 heures de consultation avec un expert.

Volet production

La Ferme Fibres et compagnie, de Saint-Alexandre, spécialisée dans l’élevage d’alpagas, s’inscrit parmi les cinq entreprises du volet production. La propriétaire Maryse Hénault-Tessier ignore encore sur quels intrants elle va travailler, mais elle compte bien mettre à profit la fibre d’alpaga dans les nouvelles expérimentations touchant la culture de champignons. « Ces parcelles et les résultats obtenus seront accessibles aux visiteurs de la ferme », dit-elle.

Les entreprises de ce volet recevront un soutien en services d’une valeur de 5 000 $ se traduisant par la rencontre d’intervenants spécialisés dans le soutien aux entreprises et 20 heures d’aide technique par année pendant deux ans avec des experts de la culture de champignons de chez Biopterre.

Le comité de sélection, formé de six membres du comité Le Kamouraska Mycologique, a reçu et évalué 18 projets. Outre Biopterre, on retrouve parmi les partenaires le Groupement forestier Grand-Portage. Le développement du secteur mycologique au Kamouraska est financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.