fbpx
Photo : Archives/TCN

Photo : Archives/TCN

Un objectif qui mobilise l’ensemble de la filière des grains

La production durable ne se limite pas à un secteur de production agricole en particulier, pas plus qu’à un secteur économique ou à une région en particulier. À l’échelle canadienne, plusieurs initiatives sont entreprises depuis quelques années pour renforcer l’adoption des principes de production durable. Le Québec ne fait pas exception. Le gouvernement, les associations, les compagnies, beaucoup développent des plans et des stratégies pour promouvoir les pratiques de production durable et faire augmenter leur niveau d’adoption.

Bien que la production de grains soit l’un des secteurs agricoles les moins connus auprès de la population en général, elle occupe environ la moitié de la superficie agricole du Québec et compte parmi ceux qui font face à de nombreux défis. Beaucoup d’efforts sont déployés, individuellement, par les intervenants de la filière afin de relever ces défis.

Le groupe Concertation Grains Québec (CGQ) est l’espace catalyseur de la collaboration entre les différents intervenants de la filière des grains. L’un des quatre axes stratégiques de CGQ pour 2019-2024 cible l’amélioration de l’empreinte environnementale, de la situation socioéconomique de la production et de l’acceptabilité sociale de la production de grains.

Afin d’associer plusieurs intervenants à la cause, CGQ a formé un comité de travail dont le mandat se rapporte exclusivement à la production durable. Ce comité regroupe des membres représentant les différentes sphères de la filière, de la recherche jusqu’à l’utilisation des grains. L’un des fruits qu’ont portés les travaux de ce comité consiste en l’élaboration d’une feuille de route résumant ses engagements dans la production durable, laquelle jalonnera les actions qu’entreprendra CGQ au cours des prochaines années. 

Cette feuille de route s’articule autour de cinq thèmes d’intervention considérés comme prioritaires par CGQ :

  • L’amélioration de la santé du sol et sa conservation;
  • La gestion optimale des matières fertilisantes;
  • L’amélioration de l’adoption de la gestion intégrée des ennemis des cultures;
  • L’amélioration de la qualité de l’eau;
  • La réduction des émissions de GES.

La feuille de route ainsi adoptée regroupe des actions en parfaite harmonie avec le Plan de développement durable du MAPAQ. CGQ prévoit une période de cinq ans pour la mise en œuvre des actions retenues pour chacun des thèmes. La pierre angulaire de cette feuille de route est de prioriser les actions auxquelles des indicateurs de suivi pourraient être associés afin de mesurer le progrès dans le temps. Le défi qui se pose est la définition des indicateurs. En effet, de nombreuses sources de données sur les différentes pratiques favorisant la production durable ont été consultées au cours de la réalisation de cette feuille de route. Le recoupement des données et leur harmonisation sont un autre défi pour CGQ.     

L’un des objectifs forts de cette dernière est la possibilité de capter l’évolution des pratiques à la ferme au moyen d’un tableau de bord adapté à sa réalité intrinsèque, à ses moyens et à ses objectifs, en vue d’implanter de meilleures pratiques. Un deuxième aspect non négligeable est celui de l’approche coresponsable dans les pratiques, en considérant le milieu environnant de la ferme. Ainsi, l’emplacement géographique de la ferme et les particularités régionales sont des éléments incontournables dans la définition des attentes à l’égard des pratiques potentielles à mettre en place à la ferme. Ces éléments sont rarement considérés dans les stratégies ou modèles d’intervention en matière de promotion de la production durable.

Salah Zoghlami, M. Sc., agr., directeur des affaires agronomiques, Producteurs de grains du Québec

Ce texte a été publié dans l’édition d’octobre 2021 du magazine GRAINS