fbpx
Si la technique de production de plants de fraisiers en motte est largement utilisée en Europe, elle est cependant moins connue au Québec. Photo : Gracieuseté du CRAAQ

Si la technique de production de plants de fraisiers en motte est largement utilisée en Europe, elle est cependant moins connue au Québec. Photo : Gracieuseté du CRAAQ

Un intérêt croissant pour la production de fraisiers en motte au Québec

MATANE – Les plants de fraisiers en motte, ou tray plants, sont utilisés pour la production en serre ou en plasticulture. Si la technique de production de plants en motte est largement utilisée en Europe, elle est cependant moins connue au Québec. Mais de plus en plus de producteurs de fraises d’ici s’intéressent à ce type de culture.

Dennis Wilson

Dennis Wilson

Pour répondre à cet intérêt croissant, le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ), en collaboration avec l’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec, a présenté cet automne un webinaire animé par l’agronome britannique Dennis Wilson, un consultant cumulant plus de 35 ans d’expérience dans l’industrie des petits fruits. Plusieurs producteurs, conseillers agricoles, enseignants et professionnels de recherche du Québec ont participé à la formation. En plus de parfaire leurs connaissances sur cette technique de production, ils ont pu obtenir des conseils pour produire leurs propres plants ou démarrer une pépinière de plants dans le respect de la propriété intellectuelle.

Deux types de fraisiers

S’il tire son expérience de l’Europe du Nord, M. Wilson a proposé d’adapter la technique au Québec. Il a insisté sur la différenciation entre les deux types de fraisiers selon la photopériode : les plants à jours courts et les plants à jours longs. 

Les plants à jours courts ont besoin d’une période d’obscurité de 11 heures pour l’induction florale. « C’est généralement utilisé pour la production de fraisiers en été, dans des régions tempérées », a précisé celui qui est directeur des opérations de la firme de consultants Delphy UK, qui offre des services-conseils au Royaume-Uni et en Irlande. 

Les plants à jours longs nécessitent une courte période d’obscurité, soit moins de 10 heures pour l’induction florale. « En Amérique du Nord, on les appelle souvent des plants à jours neutres et, en Europe, des fraisiers remontants. On les utilise pour la production au printemps et en été dans la plupart des régions. »

Selon le spécialiste de la production de petits fruits en substrat, de plus en plus de gens cultivent des plants à jours longs. « Dans les climats maritimes, on peut planter dès les mois de janvier et février et même parfois en décembre dans des tunnels sans chaleur et on peut forcer la production dès le mois d’avril. » La période entre la plantation et la récolte s’étale de 60 à 90 jours. Les fraisiers en serres chauffées sont plus faciles à ­cultiver.

L’agronome, qui a accompagné des producteurs d’Afrique du Sud, du Sri Lanka, du Mexique, du Canada et des États-Unis, a également abordé la production de plants-mères, le prélèvement de plants-filles et les stolons, le repiquage des boutures en multicellules ainsi que les besoins en irrigation et en fertilisation des plants, de même que leur hivernement.