fbpx
Ces dernières années, les producteurs de pommes de terre ont dû affronter des conditions défavorables à la culture du tubercule.

Ces dernières années, les producteurs de pommes de terre ont dû affronter des conditions défavorables à la culture du tubercule.

Une solution pour réduire la fréquence des arrosages

Chaleurs intenses, absence de pluie… Ces dernières années, les producteurs de pommes de terre ont dû affronter des conditions défavorables à la culture du tubercule. Un nouveau produit, un hydrogel biodégradable qui améliore les propriétés de rétention des sols, est maintenant offert sur le marché québécois.

Ce conditionneur de sol, le Stockosorb 660, est particulièrement adapté aux sols sablonneux. « C’est un absorbant qui restitue l’eau et les nutriments petit à petit à la plante. Il permet de mieux gérer les caprices de mère Nature de façon à assurer un meilleur rendement des cultures. Grâce à une régularité dans l’humidité des sols, la semence va croître de façon plus constante », explique Geneviève Richard, responsable des communications chez Éco+, distributeur du produit fabriqué par la firme allemande Evonik Industries.

L’hydrogel, qui est vendu sous forme de granulés de différentes tailles, doit être appliqué à l’ensemencement. « Il réduit la fréquence d’irrigation de 30 % à 50 % selon la qualité des sols, affirme Mme Richard. Un autre de ses avantages est qu’il demeure performant pendant deux ou trois saisons. Tout n’est donc pas à recommencer chaque année. »

Sur la fiche technique du Stockosorb, on peut lire que 1 kg de granulés peut absorber jusqu’à 250 litres d’eau et les relâcher plus de 100 fois selon les besoins de la plante. Plusieurs essais réalisés en laboratoire ont démontré que son utilisation n’augmente pas la fréquence des maladies racinaires.

L’hydrogel, qui est vendu sous forme de granulés de différentes tailles, doit être appliqué à l’ensemencement et réduirait la fréquence d’irrigation de 30 % à 50 % selon la qualité des sols.

L’hydrogel, qui est vendu sous forme de granulés de différentes tailles, doit être appliqué à l’ensemencement et réduirait la fréquence d’irrigation de 30 % à 50 % selon la qualité des sols.

Bon pour l’environnement

Ce type de conditionneur de sol n’est pas nouveau sur le marché, à la différence que les autres produits étaient souvent des dérivés du pétrole qui se révélaient nocifs pour l’environnement. « Les fabricants ont alors mis au point des produits biodégradables, explique Geneviève Richard. Le Stockosorb, qui est composé d’acide polyacrylique partiellement neutralisé au sel de potassium, va se décomposer en eau, en CO2 et en sel de potassium, des composants naturels qui ne vont pas nuire aux sols. »

Le produit, qui est enregistré auprès de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, ne convient pas seulement aux cultures maraîchères. Les municipalités, les pépinières et les détaillants horticoles gagnent aussi à l’utiliser, selon Mme Richard. « Il réduit les pertes associées au transport et à l’entreposage des plantes, fleurs et arbustes, explique-t-elle. Déposer deux ou trois granules dans les pots est suffisant pour prévenir la sécheresse du terreau. Les municipalités, quant à elles, peuvent économiser des coûts de main-d’œuvre associés à l’arrosage des platebandes sur leur territoire.

« Le Stockosorb peut aussi rendre la vie plus facile aux jardiniers amateurs en diminuant la fréquence des arrosages. » Sans oublier que cela réduit d’autant la pression de la demande sur les infrastructures en eau des villes.

Sylvie Lemieux, collaboration spéciale.