fbpx
Des participants à la conférence sur HarvestLab. Crédit photo : Bernard Gauthier

Des participants à la conférence sur HarvestLab. Crédit photo : Bernard Gauthier

Pour tout connaître à la récolte

L’humidité est-elle trop élevée à la récolte, devrait-on retarder l’opération? Dominic Plante, représentant Agritex pour John Deere, a discuté de ces questions avec les participants de l’atelier HarvestLab présenté à la Ferme Parisbel dans le cadre de la Journée à foin du Conseil québécois des plantes fourragères (CQPF) le 6 septembre dernier.

Dominic Plante, représentant Agritex chez John Deere.  Crédit photo : Bernard Gauthier

Dominic Plante, représentant Agritex chez John Deere. Crédit photo : Bernard Gauthier

Selon lui, le capteur HarvestLab 3000 est un produit essentiel et très utile pour le producteur qui travaille dans le champ directement avec les machines. L’appareil analyse le taux d’humidité en temps réel de même que la matière sèche, les protéines, l’amidon, les fibres, etc. « Cartographier le champ nous permet de savoir si le produit est prêt ou pas et de géoréférencer les endroits où il y a du rendement. »

Une fois la récolte complétée, celle-ci peut être dirigée à l’étable où une table tournante est installée et branchée à un ordinateur. Des tests quotidiens peuvent être faits pour déterminer notamment le taux d’humidité et de protéines en temps réel.

Le capteur HarvestLab est sur le marché depuis plus de 10 ans et des constituants se sont ajoutés au fil du temps. C’est le cas du maïs et de la luzerne dernièrement.

Pour ce qui est du coût, prévoyez environ 30 000 $. À court terme, ce produit s’adresse surtout aux producteurs de fourragères automotrices. 

Bernard Gauthier, collaboration spéciale