fbpx
Crédit photo : Shutterstock.com

Crédit photo : Shutterstock.com

Un outil innovateur pour évaluer la propreté des bâtiments agricoles

Il existe différentes approches pour maintenir ou améliorer le statut sanitaire de vos élevages. Les mesures d’hygiène telles que le savonnage et la désinfection en font certainement partie. Cependant, comment faites-vous pour évaluer la qualité de votre travail? 

Seule, l’observation visuelle peut être trompeuse. C’est pour cette raison qu’il devient nécessaire d’utiliser les technologies mises à votre disposition afin de déterminer de manière plus précise et plus objective la propreté des lieux. L’une de ces méthodes est l’emploi du luminomètre à adénosine triphosphate (ATP). Il s’agit d’un appareil qui sert à mesurer l’ATP présente dans l’environnement. Mais qu’est-ce que l’ATP? C’est une molécule produite par les mitochondries qui se trouvent dans l’ensemble des cellules animales et végétales. Elles sont souvent considérées comme étant la centrale énergétique de la cellule, et l’ATP produite par les mitochondries est en quelque sorte l’unité universelle d’énergie au niveau cellulaire. 

Sans tqqitreL’ATP est donc présente à l’intérieur des bactéries, levures et autres types de cellules. Elle le sera également en grande quantité dans la matière organique. Par conséquent, la mesure du degré d’ATP dans l’environnement sera un excellent indicateur de l’état de propreté des lieux.

Technique de prélèvement

Il existe différents appareils pour effectuer les lectures d’ATP. On retrouve aussi différents types d’écouvillons avec diverses spécifications. Il est donc important de choisir le bon type d’écouvillon en fonction de ses besoins.

Avant de faire les prélèvements, les surfaces à échantillonner doivent être visuellement propres. Si ce n’est pas le cas, l’utilisation du luminomètre n’est pas nécessaire, car le lavage doit être refait. La grande utilité du luminomètre à ATP est justement de mesurer ce que vous n’êtes pas capable d’observer à l’œil nu.

Lorsque le prélèvement est fait, l’extrémité de l’écouvillon est pliée afin de libérer le réactif. L’écouvillon sera ensuite agité pendant cinq secondes, puis placé à l’intérieur de l’appareil. Et voilà, en seulement 15 secondes, vous aurez votre lecture.

Il est à noter que les virus ne seront pas détectés par cette méthode. Toutefois, si vous avez la confirmation que vos procédures d’hygiène ont éliminé la matière organique et les bactéries, vous pouvez par extrapolation conclure que la charge virale dans l’environnement a probablement été grandement diminuée elle aussi.

Utilisé régulièrement, le luminomètre à ATP vous permettra d’optimiser vos procédures de lavage et de désinfection. Il sera possible de déterminer les surfaces ou les endroits à risque de demeurer contaminés, même si, visuellement, tout semble propre.

À faire peu de temps après le lavage ou la désinfection

Il est recommandé d’effectuer les prélèvements peu de temps après vos procédures de lavage et de désinfection (24 à 48 heures). De plus, soyez méthodique et faites-vous une procédure standardisée en lien avec les endroits où effectuer les prélèvements tels que planchers, bas de murs et soigneurs. Cela facilitera le suivi dans le temps pour une même bâtisse, ou la comparaison entre différents bâtiments.

Dr Simon Cloutier, M.V., M. Sc., collaboration spéciale