fbpx
Lorsque vous affûtez vos couteaux au lieu de les remplacer, vous débalancez votre machine, ce qui crée une vibration et un déséquilibre. Photo : Gracieuseté AGCO

Lorsque vous affûtez vos couteaux au lieu de les remplacer, vous débalancez votre machine, ce qui crée une vibration et un déséquilibre. Photo : Gracieuseté AGCO

Ces machines qui manquent d’amour

Les machines à foin sont certes celles qui manquent le plus d’amour de la part des agriculteurs. Qu’il s’agisse des faucheuses, des faneuses ou des presses à balles, on ne leur accorde pas assez d’attention avant de les utiliser et on s’insurge ensuite lorsque survient un bris.

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Avec la météo, les sécheresses et les pénuries de foin des dernières années, il importe d’être prévoyant cette saison dans toutes les étapes qui impliquent la production de foin, de la fauche jusqu’à l’ensilage. Voici quelques conseils qui, je l’espère, vous aideront à passer le meilleur été qui soit.

Marchez votre champ

Simple et peu coûteux, le fait de marcher votre champ pourrait vous épargner bon nombre d’ennuis. Que ce soit pour aplatir des bosses, boucher les trous de marmottes ou enlever les déchets comme des cannettes de bière, des bouteilles, des roches ou encore des masques (on en retrouve partout maintenant), cette étape vous assure que chacun des déchets que vous enlevez est un risque de moins de causer un bris sur vos machines. Allez-y avant que ça pousse. N’attendez pas que votre foin ait déjà un pied de haut parce que vous ne verrez plus rien. Allez-y le plus tôt possible.

Remplacez vos couteaux

De grâce, arrêtez d’aiguiser vous-même vos couteaux de faucheuses et remplacez-les par des nouveaux. Ça ne coûte pratiquement rien. Lorsque vous affûtez vos couteaux au lieu de les remplacer, vous débalancez votre machine, ce qui crée une vibration et un déséquilibre. À la vitesse que la fauche tourne, les deux couteaux n’auront pas le même poids, ce qui fait que la coupe ne sera pas égale ni optimale. À la longue, ça finit par briser. De plus, le couteau plus court va plutôt fouetter le foin au lieu de couper. Vous perdez donc du rendement.

Les courroies sont à surveiller pour les presses. Des courroies de longueur inégale peuvent aussi causer une usure prématurée des rouleaux et des bearings de ceux-ci. Photo : Gracieuseté de Pöttinger

Les courroies sont à surveiller pour les presses. Des courroies de longueur inégale peuvent aussi causer une usure prématurée des rouleaux et des bearings de ceux-ci. Photo : Gracieuseté de Pöttinger

Changez vos huiles et graissez

Une petite inspection et un changement d’huile notamment pour la barre de coupe sont des étapes essentielles. En principe, on devrait changer les huiles une fois par année. Aussi, s’il vous plaît, assurez-vous de mettre de l’huile neuve en plus d’en choisir une qui a le bon grade de viscosité. Bien des gens font l’erreur de prendre de l’huile usée. En plus d’être contaminée, l’huile usée n’a plus ses propriétés lubrifiantes.

De plus, avant de partir à toute vitesse au champ, assurez-vous de graisser vos pièces qui en ont besoin. Vos machines, notamment votre faneuse, ont des points de graissage. C’est toujours mieux et beaucoup moins fâchant de graisser les pièces avant de partir au champ que de constater qu’une pièce a rendu l’âme parce qu’elle n’avait pas été entretenue.

Inspection de la presse

Avant d’être rendu à l’étape du pressage, faites tourner votre presse lentement et écoutez les bruits. Y a-t-il quelque chose d’anormal? Vérifiez ensuite vos bearings de roues. Les presses à balles sont beaucoup plus lourdes qu’autrefois. Enlevez vos caps de roues (enjoliveurs) et examinez l’usure de vos bearings. Les tracteurs roulent peut-être de plus en plus vite, mais pas les presses, ce qui peut engendrer une usure prématurée des bearings. Vérifiez s’il n’y a pas de lousse et changez les pièces dont la durée de vie est terminée.

Attardez-vous ensuite au ramasseur à foin, le pick-up. Beaucoup d’agriculteurs se rendent chez le concessionnaire parce que leur presse n’avale pas le foin. Le pick-up est composé de plusieurs ­bearings qui tournent sur le même circuit. ­Regardez s’il y a du lousse, et prenez le temps de vérifier si la machine a encore toutes ses dents. Elle ne ramassera pas bien le foin s’il manque des dents.

Les courroies sont aussi à surveiller pour les presses. Des courroies de longueur inégale peuvent aussi causer une usure prématurée des rouleaux et des bearings de ceux-ci. De plus, ­rappelez-vous que pour avoir une belle balle égale, vous devez avoir des courroies égales.

Achetez vos plastiques tout de suite

Dernier conseil. Soyez prévoyant et achetez vos plastiques, filets ou cordes dès maintenant. On ne sait pas s’il en restera cet été. La COVID a des effets un peu partout, notamment dans le stock de pièces ou de matériaux. N’attendez donc pas d’être rendu en pleine période de récolte pour acheter vos plastiques. Prenez-en même plus qu’il n’en faut; vous pourrez les revendre au besoin à des gens qui auront été moins prévoyants que vous. Depuis quelques années, on doit vivre avec les aléas de la météo qui occasionnent des sécheresses et des pénuries de foin. Il me semble que c’est la moindre des choses de prévoir ce dont on aura besoin pour récolter notre propre foin. Idéalement, on essaie de ne pas faire comme ce gars que j’ai vu, en septembre dernier, cogner à toutes les portes pour se trouver des plastiques alors qu’il n’y en avait plus nulle part. 

La page Facebook de Question Agricole est disponible ici.


Ce texte est paru dans l’édition de mai 2021 du magazine L’UtiliTerre.