fbpx
uFields analyse le temps passé par les employés sur chacune des tâches, calcule en temps réel la vitesse de cueillette des travailleurs et facilite la planification des intrants et des produits phytosanitaires. Photo : uFields

uFields analyse le temps passé par les employés sur chacune des tâches, calcule en temps réel la vitesse de cueillette des travailleurs et facilite la planification des intrants et des produits phytosanitaires. Photo : uFields

Au moins 5% d’économies avec le nouveau logiciel uFields

Dans les années qui suivront la pandémie de COVID-19, les producteurs maraîchers devront plus que jamais assurer un suivi serré de leurs opérations, estime l’un des membres participant au déploiement du logiciel uFields, Marc-André Roussel. « Une technologie de gestion des opérations en temps réel comme celle-là sera d’autant plus utile, parce que les impacts économiques de la crise se feront probablement sentir longtemps encore », anticipe l’agriculteur de la Montérégie.

Rappelons que le logiciel, qui est propriété de l’Association des producteurs de fraises et framboises du Québec (APFFQ) et du développeur partenaire Gaspar Technologies, a été testé pour la première fois par 35 agriculteurs l’été dernier. Disponible sous forme d’abonnement annuel variant entre 1 000 $ et 2 000 $, dépendamment des fonctions choisies, la plateforme remplace l’ancien logiciel de gestion Farmit, dont les coûts d’exploitation, selon M. Roussel, avaient subitement explosé. La nouvelle solution uFields serait, ajoute-t-il, plus précise que la précédente et beaucoup plus abordable. Concrètement, elle analyse le temps passé par les employés sur chacune des tâches à la ferme, calcule en temps réel les rendements et la vitesse de cueillette des travailleurs et facilite la planification et le suivi des intrants. L’APFFQ compte, par ailleurs, ajouter une fonctionnalité de gestion de l’inventaire et de traçabilité de toutes les productions. Simon Leblanc, producteur de fraises, de choux et de courges à Saint-Jacques, dans Lanaudière, fait partie de ceux qui ont déjà testé l’outil. Il reconnaît que celui-ci est pratique, mais remarque quelques inconvénients. « Le problème, c’est que ce sont les travailleurs qui doivent rentrer leurs heures. Ça demande de les surveiller, parce qu’ils ne rentrent pas toujours les bonnes données à la bonne place », témoigne-t-il.

Marc-André Roussel assure que quelques années d’utilisation seront nécessaires avant que les abonnés puissent déterminer comment ajuster leurs méthodes de travail et les rendre plus efficaces grâce à la technologie. Selon lui, les données recueillies à l’aide du logiciel, saison après saison, permettront à long terme de déterminer, par exemple, s’il vaut mieux laisser tomber certaines pratiques moins rentables, réorganiser les ressources au champ ou faire l’acquisition de machinerie pour accomplir certaines tâches.  « Il m’a, entre autres, permis de calculer que j’aurai un retour sur l’investissement après quatre ans pour la récolteuse que je me suis procurée », cite-t-il à titre d’exemple.

Étendre le service à l’ensemble des maraîchers

À l’heure actuelle, 40 producteurs de fraises et de framboises sont abonnés à uFields. M. Roussel explique la stabilité du nombre d’abonnements par la crise de la COVID-19 qui met un peu le projet sur la glace.

« Le but, éventuellement, est de la rendre accessible à tous les maraîchers. De mon côté, je m’en sers déjà pour comptabiliser des données dans toutes mes cultures et ça fonctionne bien », témoigne-t-il.