fbpx

Moulin à scie

Inutile d’insister sur la complexité d’un moulin à scie. C’est une machine perfectionnée qui comporte des parties fixes qui doivent être bien ancrées et des parties mobiles qui font l’objet d’ajustements permanents. Jean-François Bolduc a choisi d’actionner le sien à partir de la prise de force de son tracteur.

« J’avais déjà un tracteur, dit-il. Je n’avais ni besoin ni le goût d’investir dans un gros moteur supplémentaire. »

Comme tout patenteux qui se respecte, Jean-François a récupéré une grande partie des pièces qui composent son moulin sur de vieux camions ou remorques de la ferme familiale. Il a également fait bon usage de pièces de métal réchappées de démolitions de bâtiments, ou encore d’équipements brisés ou défectueux envoyés à la ferraille par ses employeurs.

Les deux poutres d’acier de 13,5 m qui supportent le chariot mobile ont été récupérées lors de la démolition d’une usine. Celles qui forment sa base de 4,25 m proviennent du même endroit. Le moulin à scie peut couper des billots de 6 m de long.