fbpx
Dans une entreprise laitière, plusieurs méthodes de travail peuvent être mises en place pour gagner en efficacité. Photo : Gracieuseté de VIA Pôle d’expertise

Dans une entreprise laitière, plusieurs méthodes de travail peuvent être mises en place pour gagner en efficacité. Photo : Gracieuseté de VIA Pôle d’expertise

Les cinq clés des apôtres pour le contrôle des charges

Il y a quelques mois se tenait la première conférence des apôtres du Centre multi-conseils agricoles (CMCA). Vous devez vous demander ce qu’un apôtre vient faire dans la gestion agricole? Le groupe des apôtres est composé de 11 entreprises laitières qui ont conservé un taux de charge inférieur à 50 % au cours des cinq dernières années. Leur secret? Être des champions dans trois des cinq ingrédients clés et se situer minimalement dans la moyenne pour les deux autres.

Les cinq ingrédients clés

Pour atteindre ces niveaux de performance en gestion, les apôtres se démarquent de la moyenne des fermes laitières selon cinq critères :

Organisation du travail : Les apôtres repensent constamment leur façon de travailler en analysant leurs déplacements en fonction des différentes tâches à accomplir, ce qui leur permet de gagner en efficacité;

Machinerie et équipements : Les apôtres optimisent l’utilisation de leur ­machinerie en évitant de la sous-utiliser ou de la surutiliser. Ils accordent aussi une grande importance à la prévention des bris et à la planification des investissements et du remplacement des pièces. Mieux vaut prévenir que réparer;

Alimentation : Les apôtres se distinguent par leur faible coût d’alimentation, une utilisation moindre des suppléments et un ratio élevé de lait par kilogramme de concentrés. Ils accordent une grande importance à la valorisation de leur ­fourrage, d’où leur souci de produire des fourrages de grande qualité;

Frais variables : Les apôtres contrôlent bien leurs frais variables en obtenant un coût de 1,26 $/kg en matière grasse comparativement à 1,82 $/kg en ­matière grasse pour la moyenne des entreprises laitières. Ces économies passent ­notamment par la diminution des charges vétérinaires, de reproduction, de contrôle laitier, de litière, etc.;

Gestion de la dette : Les apôtres ont investi pour un total de 1,6 M$ au cours des cinq dernières années, dont 800 000 $ proviennent de l’autofinancement. Ils sont patients avant de faire de gros investissements et procèdent par étapes tout en privilégiant des investissements flexibles et réversibles.

Enfin, pour parvenir à maintenir un taux de charge aussi faible pendant au moins cinq ans, les apôtres doivent faire preuve d’ouverture d’esprit, se remettre constamment en question et avoir la volonté de sortir des sentiers battus. Ils sont poussés par un désir d’amélioration continue qui les amène à expérimenter pour économiser sur leur coût de production.

Par ailleurs, leur prise de décision est ­basée sur des données fiables et ils s’entourent de conseillers indépendants pour les accompagner dans l’atteinte de leurs objectifs, dont, bien sûr, des conseillers et conseillères en gestion agricole des Groupes conseils agricoles, partenaires non liés incontournables dans la gestion performante de leur entreprise.

Catherine Paquet / agronome, Centre multi-conseils agricoles


Cet article a été publié dans le cahier VIA Pôle d’expertise en services-conseils agricoles.