fbpx
À l’été 2020, 18 outils d’aide à la décision en irrigation ont été évalués dans différents contextes de production. Photo : Gracieuseté de l’IRDA

À l’été 2020, 18 outils d’aide à la décision en irrigation ont été évalués dans différents contextes de production. Photo : Gracieuseté de l’IRDA

Choisir le bon outil pour de meilleures décisions d’irrigation

Dans un contexte où l’irrigation doit constamment gagner en efficacité pour améliorer les rendements tout en préservant la ressource, les outils d’aide à la décision sont à la base d’une gestion raisonnée de l’eau. Or, devant la multitude d’équipements sur le marché, il peut être complexe de s’y retrouver. Pour aider les producteurs à faire des choix éclairés, une vitrine technologique a été mise sur pied.

Lancée par l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), la vitrine technologique sur les outils d’aide à la décision (OAD) en irrigation a pour objectif premier d’évaluer et de comparer ces outils dans un environnement donné de production.

« Pour mettre toutes les chances de notre côté, rentabiliser l’irrigation et diminuer le risque pour l’environnement, la gestion de l’irrigation doit s’appuyer sur un raisonnement, et l’utilisation des OAD est l’un des piliers d’une gestion raisonnée, a expliqué Carl Boivin, agronome et chercheur à l’IRDA, dans le cadre d’un webinaire sur cette thématique le 10 mars 2021. Cela dit, l’offre s’est diversifiée dans les dernières années et plusieurs nouveaux outils s’ajoutent. Les producteurs et les conseillers se questionnent à savoir quels sont les meilleurs outils dans un contexte donné. »

À l’été 2020, 18 OAD en irrigation ont été évaluées à la station de l’IRDA à Saint-Bruno-de-Montarville, en Montérégie, dans quatre contextes de production différents : le premier dans un verger de pommiers, soit un sol relativement plat et sans paillis de plastique, le deuxième dans des framboisiers en pots sous abri et par conséquent totalement dépendants de l’irrigation, le troisième dans une prairie et le quatrième dans un champ de fraises à jour neutre sur sol butté avec paillis de plastique. « Nous avons voulu comparer les OAD dans ces différents systèmes culturaux parce que leurs caractéristiques varient énormément et qu’ils sont représentatifs de plusieurs autres productions. La surface du sol, sa configuration et la structure de la plante sont des facteurs qui ont des impacts sur la gestion de l’irrigation », indique Carl Boivin.

Un guide pour s’y retrouver

Cette évaluation en contexte de production a permis à l’équipe de l’IRDA de produire un guide disponible en ligne. La première partie décrit les principales caractéristiques des OAD comme le support matériel nécessaire, le mode d’accès aux données à distance, la méthode de mesure et les services à la clientèle inclus par le fabricant. Le second volet du guide présente les résultats de l’évaluation selon une série de critères parmi lesquels le temps et la complexité de l’installation, la gestion des données et les coûts. Le producteur pourra ainsi comparer les différents OAD selon ses besoins.

« À moyen et long terme, on souhaite que l’initiative favorise l’adoption d’une gestion raisonnée de l’irrigation et améliore l’efficacité d’utilisation de l’eau et des éléments nutritifs », conclut Carl Boivin.

Les travaux de la vitrine technologique se poursuivront cet été alors que de nouveaux systèmes culturaux seront mis à l’essai. Si le contexte sanitaire le permet, l’IRDA tiendra également une activité à la station de Saint-Bruno-de-Montarville pour permettre aux producteurs et aux conseillers de voir les OAD en action.


Cet article a été publié dans notre cahier spécial Fruits et légumes du Québec, printemps 2021.