fbpx
Audrey Lambert, collaboration spéciale

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Prendre soin de sa souffleuse

Il aura fallu un peu plus de temps dans certaines régions, mais on a fini par avoir de la neige. Pour plusieurs agriculteurs, l’hiver rime avec déneigement et comme c’est de saison, j’en profite pour vous parler de l’entretien de votre souffleuse à neige, parce que oui, il faut l’entretenir!

La mécanique d’une souffleuse est assez simple. L’arbre d’entraînement est relié au gearbox (boîte d’engrenage) qui fait fonctionner le ventilateur (fan).

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Au départ, il devrait y avoir de l’huile dans la boîte d’engrenage. Les gens négligent beaucoup cette partie. Ça prend de l’huile! Certains gardent la même huile pendant 15 ans, alors qu’on doit plutôt vérifier le niveau de l’huile chaque année et la changer si nécessaire. L’huile finit par ne plus lubrifier et ne protège plus les pièces.

Regardez aussi s’il y a des fuites. Si ça coule quelque part, il faut remplacer les joints. ­Attention, le problème ne se réglera pas tout seul, alors réglez-le. En fait, si ça s’arrête tout seul, c’est que vous n’avez plus d’huile, et ça, ce n’est jamais bon signe.

Relié directement à la boîte d’engrenage, le ventilateur doit aussi être examiné. Idéalement, on peut prendre une grosse barre en métal pour vérifier s’il y a un lousse. Si oui, il faut inspecter les bearings (paliers) et les resserrer ou les remplacer. Vérifiez aussi le contour du ventilateur. Regardez l’usure de la membrane et assurez-vous qu’elle ne soit pas percée.

Vient ensuite le moment d’évaluer la (ou les) vis du souffleur.  Le bris le plus fréquent, ce sont les deux bearings aux extrémités de la vis. Remplacez-les au besoin. Ça vous évitera bien des soucis.

La vis tourne grâce à des chaînes reliées à la boîte d’engrenage. Examinez les sprockets (pignons) ainsi que la chaîne et ­assurez-vous que tout soit bien graissé, avec une bonne huile à chaîne.

Pour terminer, inspectez aussi les composantes hydrauliques. Vos boyaux sont-ils brisés? Remplacez-les! On voit des gens arriver au garage avec des boyaux qui sont installés depuis 20 ans. Aussi, est-ce que le moteur hydraulique coule? L’idée, c’est que ça lâche quand ce n’est pas le temps. Alors, soyez prévoyants.

La graisse n’est pas un luxe

La plupart du temps, les gens ne graissent pas les pièces. Ils arrivent au garage avec un morceau bien propre et complètement sec quils viennent de démancher. La graisse, ce nest pas un luxe. Une cartouche de graisse, ce nest pas si cher. Si vous avez beaucoup de machinerie et que vous faites lannée avec une seule boîte de graisse, je vous confirme que vous ne graissez pas suffisamment vos équipements. Lidée, ce nest pas den mettre une fois dans lhiver. Référez-vous à votre manuel dopérateur pour connaître la quantité de graisse à appliquer sur chacune des pièces.

Nombreux sont les agriculteurs qui offrent  des services de déneigement durant l’hiver.

Nombreux sont les agriculteurs qui offrent des services de déneigement durant l’hiver.

Un mot sur les PTO

Tout cela nous amène au PTO, auquel votre souffleur est raccordé. Avant toute chose, il est primordial davoir une enveloppe de plastique sur votre PTO. Lenveloppe protège les tubes de fer et ne tourne pas. Elle vous protège et empêche les débris, ou vos vêtements, de senrouler autour; manteau, foulard, etc. On ne devrait jamais voir les composantes du PTO tourner. En fait, peu importe la machine que vous installez sur votre tracteur, le PTO devrait toujours être recouvert dune enveloppe en plastique.  Elle vous protège des accidents mortels. Il y en a dailleurs eu récemment et on ne veut plus revivre ça.

Le joint du PTO est composé de deux ­mâchoires avec une croix au centre. La croix est une pièce qui se graisse et c’est aussi une pièce qui s’use. Deux tubes de métal coulissent l’un dans l’autre. Il peut arriver que de la condensation se forme ou encore de la rouille ou même de la limaille de fer. Il peut aussi avoir reçu un petit coup accidentel qui a fait en sorte que ça ne glisse plus bien. Assurez-vous aussi que les deux parties coulissent bien ensemble.

Prendre le bon boulon

Jinsiste sur ce dernier point : les boulons de sécurité. Il existe deux types de boulons de sécurité : les boulons standards ou les boulons métriques. Il est primordial de mettre les bons boulons de sécurité. Ne mettez pas de standard sur du métrique ou vice-versa.

On entend souvent dire au garage que les boulons brisent tout le temps. 

De un, si vos boulons brisent tout le temps, c’est quil y a un problème ailleurs. De deux, si vous mettez des boulons gradés, cest quelque chose dautre qui va lâcher. Prenez donc la bonne sorte de boulon. Du métrique sur du métrique, du standard sur du standard.

Dernier conseil : soyez vigilants. Après avoir travaillé avec votre machine, faites donc une petite inspection avant de la remiser. Ça vous évitera bien des soucis, avant la prochaine tempête. 


Vous désirez en savoir plus:

Page Facebook de Question Agricole