fbpx
Chaque machine possède des pièces d’usure, particulièrement les machines de travail de sol. Elles ne sont pas à négliger, car lorsqu’elles ne travaillent plus assez efficacement, elles risquent d’user prématurément d’autres pièces et de causer des bris majeurs. Photo : Gracieuseté d'Amazone

Chaque machine possède des pièces d’usure, particulièrement les machines de travail de sol. Elles ne sont pas à négliger, car lorsqu’elles ne travaillent plus assez efficacement, elles risquent d’user prématurément d’autres pièces et de causer des bris majeurs. Photo : Gracieuseté d'Amazone

Pour un printemps sans pépins

Les machines de sol sont probablement celles qui travaillent le plus fort. Comme elles sont conçues pour entrer dans le sol avec leurs disques ou leurs dents, elles prennent de la puissance et absorbent tous les chocs liés à l’état des champs. Ça brasse énormément, qu’on se le dise.

Il importe donc de leur accorder une attention particulière. D’ailleurs, comme la machine a probablement passé six mois dans le garage sans être utilisée, une petite vérification s’impose avant de partir au champ.

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Audrey Lambert, collaboration spéciale

Commencez par vérifier les bearings de roues. Enlevez le cap, serrez les écrous (nuts), vérifiez s’il y a assez de graisse, remettez-en s’il en faut et assurez-vous que tout soit bien serré. Beaucoup d’agriculteurs perdent des roues, autant sur la route que dans le champ. Quand tout est bien vissé et serré, la roue ne se dévisse pas toute seule.    

Examinez aussi l’état de vos pneus. Si vous voyez de la broche, ou pire, si vous êtes capable de rentrer un 25 sous dans une des fissures du pneu, est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux de le changer plutôt que d’être « surpris » lorsqu’il éclate en pleins travaux? Il n’est pas nécessaire d’user les équipements jusqu’à ce qu’ils soient finis.

Idéalement, changez votre pneu tout de suite et gardez l’autre dans le garage. Il pourra toujours venir vous dépanner si vous êtes vraiment mal pris.

D’ailleurs, pandémie oblige, si vous pouvez prévoir à l’avance l’achat de certaines pièces, ça pourrait vous ­éviter beaucoup d’attentes et de frustrations.

Le tracteur

Règle générale, si vous avez utilisé votre tracteur tout l’hiver (par exemple pour du déneigement), un entretien rapide s’impose avant de rouler au champ. Encore une fois, vérifiez les roues, les bearings, ajoutez de la graisse s’il en faut. Êtes-vous dû pour votre changement d’huile? Est-ce que votre batterie est encore bonne? Ces vérifications sont aussi valables même si votre tracteur n’a pas servi pendant l’hiver. On remise souvent trop vite nos équipements à l’automne en se disant que l’on fera nos entretiens au printemps suivant et pourtant, quand le printemps arrive, on veut tout de suite aller au champ et c’est souvent à ce moment que les bris ­surviennent.

Les pièces d’usure, ça use

Chaque machine possède des pièces d’usure, particulièrement les machines de travail de sol. Elles ne sont pas à négliger, car lorsqu’elles ne travaillent plus assez efficacement, elles risquent d’user prématurément d’autres pièces et de causer des bris majeurs. Portez donc une attention particulière aux disques de votre cultivateur, déchaumeuses ou autres machines. Sur des herses à disques, par exemple, il y a des nuts à chaque extrémité autour des disques. Serrez-les pour éviter de perdre un disque.

Souvent, un client se présente au garage en disant que la cotter pin a revolé et qu’il a donc tout perdu ses ­morceaux au champ. Est-ce qu’il y avait vraiment une cotter pin avant de partir au champ? J’en doute.

Engagez quelqu’un

À un certain moment, il faut être honnête avec soi-même. Si vous n’êtes pas à l’aise pour réparer ou entretenir votre machine, ou si vous n’avez simplement pas le temps de le faire, engagez quelqu’un pour le faire à votre place. Un entretien de 300 $ sur une machine qui en vaut 100 000 $, c’est un investissement et non une dépense. Trop d’agriculteurs ne font pas d’entretiens sur leurs équipements et c’est encore aujourd’hui la raison principale de plus de la majorité des bris que l’on doit gérer, peu importe le concessionnaire.

Semoirs et filtres à air

Un petit mot sur l’entretien des planteurs et des semoirs, l’étape logique après le travail de sol. S’il vous plaît, enlevez les nids de souris. Ça serait déjà un bon départ. Quand vous ne nettoyez pas votre machine avant de la remiser, il peut y rester certaines semences, un festin pour les souris qui, devant une abondance de ressources, vont peut-être s’y installer.

Dernière chose, à la fin des semis, vérifiez les filtres à air de votre cabine et celui du moteur. Si on a un temps sec comme la météo le prédit, il y aura donc énormément de poussière. Ça ne sera pas commode pour le tracteur, ni pour l’air conditionné. Vous aurez de la misère à respirer dans votre tracteur. Ça sera un peu comme respirer avec un masque… C’est faisable, mais on s’en passerait par moments.