fbpx

Motoneiges : quelques trouvailles

La saison de motoneige bat son plein. Voici quelques modèles qui se démarquent, autant pour les amateurs de sensations fortes que pour ceux ou celles qui travaillent avec leur véhicule.

Un Bearcat 3 vitesses

« C’est la seule machine avec 3 vitesses avant, dont une super basse, faite spécialement pour tirer une charge », dit Jonathan Turcotte, copropriétaire de Barbin Sport, un dépositaire Arctic Cat à Val-d’Or. Le Bearcat 7000 est propulsé par un moteur quatre-temps de 1 049 cc et une chenille de 20 po de large. « C’est une excellente motoneige pour travailler, avec une suspension ajustable pourvue d’une lame de charge qui permet de lui ajouter en masse de poids sans qu’elle écrase », témoigne M. Turcotte. Un arceau peut être installé pour tracter une niveleuse de sentier.

Environ 16 999 $

Bearcat

KIMG0032

Norseman 6000 ES

Jonathan Turcotte attire l’attention sur une nouveauté, le Norseman 6000 ES, une motoneige qui se démarque par un moteur deux-temps de 600 cc produisant 125 chevaux. « C’est très torqueux comme moteur et avec sa chenille de 154 po, ça en fait une machine aussi performante en sentier qu’en neige profonde », dit-il.

Environ 13 699 $

Norseman

Arctic Cat  www.arcticcat.com


Le retour de la VK540

Le manufacturier Yamaha, réputé pour ses motoneiges à moteur quatre-temps, effectue un retour dans le passé en remettant en service son VK540 doté d’un moteur deux-temps et d’une chenille de 20 po. « Yamaha recevait des demandes pour une motoneige utilitaire plus légère. Elle a donc ramené le bon vieux VK540. Il a toutefois été passablement modernisé, notamment la carrosserie et le moteur. Le carburateur a été équipé d’un élément chauffant pour stabiliser l’admission. Ça améliore le fonctionnement du moteur et c’est plus économique », témoigne Patrick Champoux, du Docteur de la moto, un dépositaire Yamaha au Centre-du-Québec. 

Pour tracter une charge comme une corde de bois, rien de tel qu’un VK Professional II DAE, assure cependant M. Champoux. « C’est un moteur quatre-temps de 1 049 cc à injection, puissant et fiable. Avec sa conduite à assistance électrique, c’est plus facile de tourner dans la neige épaisse », précise-t-il.

VK 540 cc : environ 11 300 $

VK 1049 cc : environ 15 500 $ 

VK540

Sidewinder

Avec son moteur turbo de 998 cc, le Sidewinder est la « bombe » chez Yamaha, mentionne Patrick Champoux. « Ça développe 180 chevaux. C’est le quatre-temps le plus puissant à sortir d’une usine. C’est toute une machine de sentier! » résume-t-il.

Environ 19 800 $

Yamaha  www.yamaha-motor.com


Le nouveau Titan

Au Garage Blain, à Sainte-Julie en Montérégie, Maxime Blain parle du nouveau Titan comme d’un « bulldozer » dans la neige. « Ça passe partout. Et avec le nouveau profil du siège plus étroit, le pilote a les jambes moins écartées et donc un meilleur contrôle de sa machine. » Polaris a mis de côté les moteurs quatre-temps dans son Titan pour se concentrer sur une motorisation à deux temps. « Avec le contrôle électronique des valves, le Titan torque plus à bas régime que les autres deux-temps. C’est aussi une motoneige beaucoup plus légère que l’ancienne avec le quatre-temps », compare M. Blain. Polaris indique que le modèle Titan de 800 cc offre une capacité de remorquage « inégalée » de 1 200 lb.

Environ 14 999 $

Titan

La motoneige RMK hors-piste

Le meilleur vendeur chez Polaris demeure incontestablement la gamme de motoneiges RMK, affirme Maxime Blain. « Polaris s’est vraiment démarquée dans les machines hors-piste. Si je prends le modèle Pro 155 de 800 cc, c’est le plus léger avec seulement 408 lb. Tout a été pensé pour diminuer le poids. L’entraînement à chaîne, par exemple, a été remplacé par un entraînement à courroie. Moins de pièces en mouvement, moins d’entretien et plus léger. Ça donne une machine puissante et très maniable, que tu peux coucher d’un bord comme de l’autre », commente-t-il.

Environ 14 999 $

MRKPro155

Polaris  www.polaris.com/fr-ca


L’utilitaire par excellence

La marque Ski-Doo affirme que son Skandic SWT n’est rien de moins que la motoneige utilitaire par excellence, notamment grâce à sa chenille de 24 po x 154 po, qui offre la meilleure flottabilité de l’industrie. « Le gros point avec le Skandic, c’est aussi le moteur quatre-temps Rotax de 900 cc. C’est un moteur puissant et économique qui se démarque par sa durabilité », décrit Jimmy Côté, chef de service des produits Ski-Doo. Ce Skandic est également offert avec un moteur deux-temps à injection directe de 600 cc. L’auteur de ces lignes a eu l’occasion de conduire des Skandic avec ces deux moteurs. Le 900 cc à quatre-temps s’avère supérieur pour débusquer des arbres, notamment par sa souplesse et sa puissance à basse vitesse. En termes d’accélération sur un lac gelé, le 600 cc à deux-temps s’est cependant révélé plus performant : il devance le 900 sans jamais se laisser rattraper. Le poids moindre de 27 lb et la fougue du 600 à deux-temps lui confèrent donc un léger avantage en mode hors-piste.   

Environ 14 800 $

MY18_Skandic_SWT_900

« Un vrai hybride »

La grosse nouveauté chez Ski-Doo, c’est le Renegade Backcountry avec son moteur deux-temps à injection directe de 850 cc. « C’est un vrai hybride, qui performe autant en sentier qu’en hors-piste. Le type de suspension et sa calibration offrent une excellente stabilité en sentier et permettent au conducteur d’exercer de très bons transferts de poids dans la neige poudreuse. Le moteur est plus puissant et réagit très rapidement à la manette des gaz. C’est écœurant », commente Jimmy Côté. 

Environ 15 400 $

backcountryx5-1024x518

Ski-Doo  www.ski-doo.ca