fbpx
Le tracteur articulé 9520R de John Deere.

Le tracteur articulé 9520R de John Deere.

Des mastodontes de John Deere prêts pour l’action

Les six tracteurs articulés de la série 9R lancés en 2015 (les modèles 9370R, 9420R, 9470R, 9520R, 9570R et 9620R) et leurs variantes en version 9RT (sur chenilles) ou scraper special (pour le décapage du sol) font partie des plus gros de la bannière John Deere.

Ces mastodontes à quatre roues motrices ou à chenilles ont des puissances nominales de 370 à 620 ch au moteur.

Le modèle le plus gros, le 9620R, est équipé d’une suspension au train avant. Cette innovation est aussi offerte en option, notamment sur le 9520R et le 9570R. « Cette particularité est un réel avantage : quand le tracteur tire une très lourde charge, en terre meuble ou sur la route, son devant a tendance à sautiller, mais ce problème est éliminé grâce à la suspension avant », explique Jean-Guy Daigle, responsable des ventes en machinerie usagée pour le Groupe JLD-Laguë. Agriculteur lui-même, M. Daigle sait de quoi il parle.

Pour réaliser la suspension avant, John Deere a combiné l’action de vérins et d’accumulateurs hydrauliques, de capteurs, et de commandes électriques, électroniques et informatisées. Ces dernières analysent les fonctions du tracteur et la position de l’essieu et commandent automatiquement les fonctions hydrauliques de soulèvement, d’abaissement ou de maintien statique.

Jean-Guy Daigle et son collègue Simon Létourneau, spécialiste des produits pour le Groupe JLD-Laguë, décrivent à L’UtiliTerre les autres avantages des tracteurs John Deere articulés de la série 9R/9RT. Par exemple, la servotransmission (powershift) améliorée avec le système de gestion de l’efficacité (Efficiency Manager) et mode automatique additionnel, qui devient l’une des plus douces sur le marché.

Par ailleurs, tous les moteurs de la série 9R/9RT sont équipés de turbocompresseurs simples ou doubles, avec géométrie variable au second étage.

Du côté environnemental, les tracteurs de cette série combinent plusieurs dispositifs réduisant les émissions polluantes d’oxydes d’azote (NOX) et de poussières de combustion du diesel. Ainsi, les gaz d’échappement traversent un catalyseur et un filtre. De plus, les gaz d’échappement refroidis sont mélangés à l’air frais d’admission d’une façon qui accroît la performance et réduit les émissions. Enfin, un dispositif de réduction catalytique sélective (SCR) avec ajout d’urée dans les gaz d’échappement réduit la quantité des oxydes d’azote. Grâce à la recirculation des gaz refroidis décrite plus haut, la technologie SCR nécessite moins d’additif à base d’urée que les autres technologies compatibles avec la norme Tier 4 finale, explique le fabricant.

À une cabine au confort et aux commodités encore bonifiés s’ajoutent plusieurs options. Mentionnons par exemple des ampoules de type DEL (diodes électroluminescentes) qui, bien qu’elles soient moins énergivores et plus durables, fournissent un éclairage d’une couleur et d’une qualité supérieures et couvrant une surface 40 % plus importante.

ohnderefix

Les autres tracteurs présentés dans ce dossier

New Holland | Fendt | Claas | Case IH | John Deere