fbpx

Un passionné de motoneige nous dévoile ses coups de cœur

Denis Langevin a commencé à faire quelques randonnées de motoneige à l’adolescence. Il a acheté sa première machine en 1987 alors qu’il demeurait dans un village Inuit de la baie d’Hudson. Pendant ses quatre années dans ce village, la motoneige représentait pour lui un moyen de transport davantage qu’un loisir.

Denis Langevin

Denis Langevin

Lors de son séjour en Abitibi, de 1991 à 1995, la mode était plutôt aux quads. Denis a commencé à faire régulièrement de la motoneige à la suite de son déménagement à Rimouski en 1995. Sa passion est née à ce moment-là. Attiré par la beauté des paysages, il évalue avoir parcouru plus de 150 000 km au cours des 25 dernières années, soit une moyenne de 6 000 km par année.

Depuis plusieurs années, comme sa conjointe ne partage pas son engouement, Denis se déplace en motoneige de sentier à une place performante. ­Présentement, il possède une Renegade X 900 ACE Turbo 2021, de marque Ski-Doo. Il est fidèle aux véhicules de Bombardier.

Météorologiste retraité d’Environnement Canada, M. Langevin fait un ou deux voyages de motoneige par hiver avec des amis, ce qui lui a permis au fil des ans de visiter toutes les régions du Québec. Il partage aujourd’hui avec les lecteurs de L’UtiliTerre les dix endroits coups de cœur qu’il a visités ou qu’il compte visiter prochainement, mais qu’il n’hésite pas à inclure dans sa liste des plus beaux sites de ­motoneige au Québec.

Une piste de motoneige dans une plantation,  en Chaudière-Appalaches.

Une piste de motoneige dans une plantation, en Chaudière-Appalaches.

Le mont Saint-Pierre

En Gaspésie, le rocher Percé est toujours un incontournable. Toutefois, le mont Saint-Pierre arrive en tête de son palmarès pour cette région. « À partir des caps rocheux des Chic-Chocs, on voit le fleuve, le blanc de la glace, le ciel bleu. Ce sont des sentiers d’émotions. C’est impressionnant », raconte M. Langevin, qui invite tous les motoneigistes à s’y rendre.

Le mont Saint-Pierre, en Gaspésie.

Le mont Saint-Pierre, en Gaspésie.

La Côte-Nord

Pour Denis Langevin, la Côte-Nord demeure un classique. Il cite la passerelle sur la rivière Manicouagan, près de Baie-Comeau, la plus longue et la plus haute qu’il a traversée en motoneige. C’est vraiment impressionnant. C’est quelque chose à voir, selon lui.

Les Cantons-de-l’Est

Si on fait une randonnée à motoneige dans les Cantons-de-l’Est, il ne faut pas manquer d’emprunter le sentier qui longe la frontière entre le Canada et les États-Unis sur plusieurs kilomètres. C’est surtout le côté unique de ce sentier où on voit la frontière à perte de vue qui en vaut la peine.

Le mont Apica

Dans la réserve faunique des Laurentides, il ne faut surtout pas manquer la vue à couper le souffle par-dessus les montagnes que l’on a à partir du belvédère du mont Apica à plus de 884 m d’altitude. C’est vraiment très beau et une destination par excellence, selon le voyageur.

Le Trans-Québec 85

Le sentier Trans-Québec 85 longe une ancienne voie ferrée désaffectée qui relie le Nouveau-Brunswick à Rivière-du-Loup. La section qui longe le lac Témiscouata est, selon M. Langevin, d’une beauté incroyable. « Tu vois tout le lac Témiscouata. De Cabano à Dégelis, c’est de toute beauté », dit-il. Puisqu’on est au Bas-Saint-Laurent, mentionnons que le belvédère de Saint-Fabien, un cul-de-sac qui mène à une falaise, offre une vue imprenable sur les îles, le Bic et le fleuve. C’est aussi un endroit à inclure dans un palmarès, selon M. Langevin.

Une vue imprenable à partir du belvédère de Saint-Fabien.

Une vue imprenable à partir du belvédère de Saint-Fabien.

La chute du Windigo

Dans les Hautes-Laurentides, Denis Langevin mentionne la chute du Windigo comme destination à découvrir. Large de plus de 18 m et haute de 55 m, cette chute est un des plus beaux attraits de la région. « Ça coule quasiment tout le temps. C’est un endroit populaire », mentionne le randonneur.

L’Abitibi

Ce qui ressort de l’Abitibi, selon Denis Langevin, c’est la beauté de la nature et la linéarité des sentiers. « C’est assez planche, le paysage est assez régulier, mais c’est très bien entretenu », souligne M. Langevin. Il est assez exceptionnel de parcourir de telles distances sur des sentiers aussi droits au Québec, dit-il.

La montagne Noire

Nous voici à ses deux coups de cœur à découvrir. Le premier est la montagne Noire dans le coin de Saint-Donat dans Lanaudière. Elle fait partie des beaux endroits que Denis Langevin veut visiter d’ici deux ans.

Le réservoir Baskatong

Le réservoir Baskatong dans l’Outaouais est la destination que ses amis et lui ont prévue pour cet hiver. Cet important plan d’eau est parsemé d’îles et bordé par plusieurs presqu’îles.

Le Massif du Sud

Finalement, le Massif du Sud dans Chaudière-Appalaches propose un sentier sur plusieurs kilomètres. Du sommet du Massif du Sud, la vue est là aussi magnifique. « Pour les gens de Québec, ce n’est pas loin. Ça peut se faire dans la même journée, mais on est complètement dépaysé », souligne le motoneigiste.

Le Massif du Sud, dans la région de Chaudière-Appalaches, offre de merveilleux paysages aux motoneigistes.

Le Massif du Sud, dans la région de Chaudière-Appalaches, offre de merveilleux paysages aux motoneigistes.

En conclusion

Denis Langevin espère que ses suggestions inciteront les motoneigistes à visiter les différentes régions du Québec, qui ont chacune leurs attraits. Le Québec regorge d’endroits magnifiques à visiter, selon ce passionné. Que ce soit dans Portneuf, à Charlevoix, avec son casino, à Tadoussac, à Rivière-à-Pierre ou ailleurs, il y a plein de sentiers magnifiques à découvrir et d’expériences sensationnelles à vivre. La motoneige, ajoute-t-il, est une belle activité pour créer des amitiés durables. Il remercie par ailleurs les agriculteurs qui permettent aux motoneigistes de circuler sur leurs terres. 

Ce texte a été publié dans l’édition d’octobre 2021 de notre cahier L’UtiliTerre.