fbpx
Le producteur laitier Jérémie Chagnon a choisi un établi de huit pieds de long avec une armoire de chaque côté et un coffre sur roues. Photo : Gracieuseté d’Industries Bleu Métal

Le producteur laitier Jérémie Chagnon a choisi un établi de huit pieds de long avec une armoire de chaque côté et un coffre sur roues. Photo : Gracieuseté d’Industries Bleu Métal

Du rangement pour tous les goûts

Gros, petits, à tiroirs, à portes, fixes, mobiles… Il existe une multitude de coffres à outils qui répondent aux besoins de chaque producteur.

« Ça dépend des goûts de chacun, mais tous les agriculteurs devraient avoir au moins un établi de 12 pieds de long avec un panneau perforé au-dessus et un cabinet supérieur », conseille le propriétaire des ­Industries Bleu Métal, Henry Dyck, qui fabrique des établis de métal.

Son conseil ? Mettre les outils les plus utiles à la vue, sur le panneau perforé ou sur une tablette. Les autres outils iront dans les tiroirs ou les armoires. « Habituellement, on met les petits outils dans les tiroirs du haut. On peut ajouter des classeurs pour faciliter l’organisation. Les gros outils, eux, vont aller dans les tiroirs du bas qui sont plus profonds », illustre le spécialiste.

Il existe plusieurs options pour organiser l’atelier de manière efficace. Par exemple, M. Dyck suggère de mettre les outils à batteries dans un grand tiroir. Dans ce tiroir, il est possible d’installer une tablette pour y mettre les batteries et chargeurs. « On peut même avoir une prise électrique à l’intérieur du tiroir pour charger les batteries », mentionne-t-il.

Des coffres à toute épreuve

Au champ, il est possible d’apporter quelques coffres à outils plus petits. « Parfois, quand les producteurs vont semer du maïs, ils sèment aussi leurs outils ! », rigole Henry Dyck. C’est pourquoi, selon lui, il faut avoir plusieurs kits complets, bien classés.

Il précise que si les coffres sont installés sur une remorque ou « si l’on croit que ça va brasser », il faudra penser à verrouiller les tiroirs.

Selon lui, la meilleure solution sur le marché est un coffre à outils Montezuma, fabriqué au Kansas. « Quand on ferme le couvercle de ce coffre-là, tout le contenu est maintenu en place par un mécanisme spécial, explique-t-il. Même si on roule dans le champ, que ça brasse d’un bord et de l’autre, il n’y a rien qui bouge dans le coffre ! » 

Les outils au champ

Si les outils doivent rester bien classés dans les coffres de l’atelier, il est tout de même préférable d’en avoir en double pour apporter au champ.

Le producteur de grandes cultures Christian Dionne amène toujours un coffre sur le terrain. « J’apporte un set de clés complet, un marteau, deux Vise-Grip, une clé à molette, des boulons, une barre à clous et des tournevis plats pour décrotter. »

Le producteur devrait toujours avoir avec lui des outils en fonction de la tâche qu’il s’en va faire sur le terrain, selon le conseiller technique chez Agrizone, Marc Drolet. « Par exemple, quelqu’un qui fait de l’ensilage enrobé va avoir besoin de ruban pour réparer immédiatement les déchirures. »

Le producteur maraîcher Denys Van Winden, lui, a toujours rêvé de fabriquer sa propre unité mobile pour aller faire des réparations d’urgence au champ. « Je mettrais une génératrice, une soudeuse, des outils, un compresseur, des morceaux de métal et ma clé à chocs. Tu accroches ça sur un trailer et tu pars », lance-t-il.

En attendant que son projet se réalise, le patenteux traîne lui aussi des coffres à outils dans ses tracteurs et dans sa boîte de camion. 

Disponibles en acier ou en aluminium, les boîtes à outils Montezuma contiennent entre 130 et 280 outils selon le modèle.

Disponibles en acier ou en aluminium, les boîtes à outils Montezuma contiennent entre 130 et 280 outils selon le modèle.


Ce texte est paru dans l’édition de novembre 2020 du magazine l’UtiliTerre.