fbpx
La ferme J.N. Beauchemin et Fils dispose d’une flotte de sept tracteurs pour remplir ses contrats de déneigement. Photos : Ferme J.N. Beauchemin et Fils

La ferme J.N. Beauchemin et Fils dispose d’une flotte de sept tracteurs pour remplir ses contrats de déneigement. Photos : Ferme J.N. Beauchemin et Fils

Déneigement : l’agriculture avant tout dans le choix du tracteur

Pour la plupart des producteurs agricoles qui font du déneigement l’hiver, ce sont les besoins aux champs qui priment quand vient le temps de se procurer un nouveau tracteur.

« C’est certain que ça ne serait pas rentable pour nous d’avoir une flotte de véhicules pour nos besoins agricoles et une autre pour le déneigement, lance d’emblée le copropriétaire de la Ferme J.N. Beauchemin, Michel Beauchemin qui effectue des contrats de déneigement commerciaux dans la région de Sorel. Nos tracteurs servent donc dans les champs et dans la neige. » Quand vient le temps de magasiner un nouveau tracteur, ce sont les besoins aux champs qui dictent le choix.

En plus d’effectuer du déneigement depuis les années 1970, la famille Beauchemin produit du lait, du sirop d’érable, des céréales et offre également un service de transport.

En plus d’effectuer du déneigement depuis les années 1970, la famille Beauchemin produit du lait, du sirop d’érable, des céréales et offre également un service de transport.

« Si on a besoin d’un bolide avec des essieux plus longs pour passer entre les rangées de maïs l’été, c’est ce qu’on va acheter, même si c’est moins idéal pour rouler sur les routes l’hiver », ajoute celui qui est responsable du déneigement avec son frère Benoit au sein de l’entreprise familiale.

La famille Beauchemin compte sur une flotte de sept tracteurs pour effectuer leurs contrats de déneigement — surtout des contrats commerciaux — durant l’hiver. « Heureusement pour nous, on a besoin de gros tracteurs l’été comme l’hiver, soutient M. Beauchemin. Nous sommes producteurs de céréales et nous avons surtout de gros contrats commerciaux en déneigement. »

Le copropriétaire de la Ferme Beauchemin ajoute que l’entreprise tente d’arrimer les besoins de déneigement avec les caractéristiques de leurs différents véhicules. « On a un tracteur articulé par exemple, note-t-il. On s’en sert pour faire le découpage autour des voitures ou des obstacles dans les stationnements. »

S’ils ont en tête les besoins agricoles au moment de l’achat de leurs bolides, certaines caractéristiques utiles en hiver sont devenues des musts pour les Beauchemin. « C’est rendu commun, mais ça nous prend absolument des transmissions hydrostatiques sur vos véhicules étant donné qu’on fait beaucoup de stop-and-go, lance Michel Beauchemin. Depuis qu’on a ça, on est en mesure d’être plus efficace, on souffle plus longtemps et on a beaucoup moins de bris. »

Même son de cloche à la Ferme C. Lauzon, où l’on essaie aussi de se procurer des véhicules qui ont les bonnes caractéristiques pour travailler au champ et dans la neige. « Pour faire le déneigement, ça nous prend absolument des véhicules qui ont une bonne réaction avance-recul, une mécanique fiable et une bonne vision, souligne le copropriétaire Vincent Lauzon. Ce sont des critères de base pour nous. »

Comme l’entreprise effectue du déneigement résidentiel et commercial, le partage des tâches est simple pour les tracteurs. « Les plus gros font du commercial et les plus petits du résidentiel », conclut M. Lauzon. 

Étienne Dupuis, collaboration spéciale


Ce texte est paru dans le cadre de notre dossier sur le déneigement dans l’UtiliTerre, publié en septembre 2020.