fbpx
« Il y a moins de lésions si les vaches ont accès à une cour d’exercice » André Desrochers, vétérinaire.

« Il y a moins de lésions si les vaches ont accès à une cour d’exercice » André Desrochers, vétérinaire.

Les pareurs d’onglons : un exemple au Canada

DRUMMONDVILLE — L’entretien régulier des onglons favorise la santé des vaches. La certification et la création d’un regroupement de pareurs d’onglons dans le cadre d’une stratégie collective pour améliorer la santé des onglons font du Québec un exemple pour le reste du Canada. 

C’est du moins l’avis exprimé par André Desrochers, professeur titulaire à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, et Marc Daigle, pareur d’onglons, lors du récent Symposium sur les bovins laitiers organisé par le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ). 

La dermatite digitale arrive en tête de liste (31 %) parmi les principales lésions observées, surtout dans les stabulations libres. 

« Il y a moins de lésions si les vaches ont accès à une cour d’exercice », note avec intérêt André Desrochers, vétérinaire. 

À la suite d’une formation, 33 pareurs d’onglons sont aujourd’hui certifiés au Québec et regroupés au sein d’une association. 

La compilation de plus de 96 000 parages a également permis de démontrer que la fréquence des grattages de sol réduit le nombre de lésions. De même, l’ajout de litière contribue non seulement au confort des vaches, mais aussi à la santé de leurs onglons. L’ajout de litière fraîche deux fois par jour a notamment entraîné une réduction de la prévalence d’hémorragie de la sole. 

Dans cette optique, l’utilisation de produits asséchants comme la chaux peut aussi contribuer à diminuer les risques d’infections. 

Marc Daigle, pareur d’onglons. Crédit photo: Pierre-Yvon Bégin/Archives TCN

Marc Daigle, pareur d’onglons. Crédit photo: Pierre-Yvon Bégin/Archives TCN