L’homéopathie peut également être utilisée chez les animaux.

L’homéopathie peut également être utilisée chez les animaux.

L’homéopathie chez les animaux : efficace ou non?

Traitement populaire et controversé chez l’humain, l’homéopathie courtise également la clientèle animale. Bien que les utilisateurs de l’homéopathie chez les animaux assurent que ces produits s’avèrent efficaces, les vétérinaires appellent à la prudence.

Au Québec, quelques entreprises commercialisent des produits homéopathiques pour animaux. Leurs remèdes visent à traiter une panoplie de maux : des otites aux problèmes gastro–intestinaux, en passant par le traitement des vers, la perte de poils, l’embonpoint, le stress et l’anxiété. « L’homéopathie calme l’animal, va le rassurer. Les résultats sont visibles à l’intérieur d’une heure », explique Manon Choquette, la directrice générale de Zanimo, l’un des grands joueurs du marché des médicaments -homéopathiques pour animaux avec la compagnie Homeoanimo. Les tenants de l’homéopathie -insistent d’ailleurs sur le fait qu’avec la clientèle animale, l’effet placebo n’existe pas. Dans une étude publiée en 2017 dans le Veterinary Record, le journal de l’Association vétérinaire britannique, les chercheurs Lees, Chambers et associés indiquent que l’effet placebo peut néanmoins se manifester chez le… maître de l’animal ou son praticien!

Dans une directive sur les thérapies complémentaires, l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ) indique que « le médecin vétérinaire utilisant les thérapies complémentaires doit utiliser son jugement dans le choix des thérapies utilisées et s’abstenir d’utiliser celles pour lesquelles il n’existe aucune donnée scientifique objective susceptible de démontrer un degré d’efficacité acceptable pour le traitement de la condition de santé ». « Ça s’applique à l’homéopathie, car il n’y a pas de données scientifiques concluantes », explique la présidente de l’Ordre, la Dre Caroline Kilsdonk. À son avis, l’efficacité de cette thérapie relève plutôt de récits anecdotiques, de facteurs confondants ou tout simplement des signes cliniques qui se résorbent avec le temps. D’ailleurs, près de 60 vétérinaires pratiquent les thérapies complémentaires (acupuncture, physiothérapie, ostéopathie, chiropractie et homéopathie) sur plus de 2 600 praticiens que compte la province.  

Homéo quoi?

L’homéopathie se base sur quelques principes de base, dont la similitude et la mémoire de l’eau. La similitude signifie que les substances à l’origine d’une maladie, par exemple les allergènes, sont également efficaces pour son traitement. La mémoire de l’eau, quant à elle, permet d’expliquer l’efficacité des remèdes homéopathiques malgré les nombreuses dilutions des ingrédients actifs dans une solution aqueuse. 

Les pour et les contre

Depuis son invention en 1796, l’homéopathie n’a cessé de diviser la communauté scientifique. Les partisans de ce traitement alternatif citent souvent le chercheur suisse Gudrun Bornhöft. À l’autre bout du spectre, ses détracteurs affirment que ses bienfaits ne sont en fait qu’un effet placebo. La prestigieuse revue médicale The Lancet souligne qu’après 150 ans de preuves scientifiques non concluantes, l’évidence de l’efficacité scientifique de l’homéopathie est de plus en plus diluée. 

Au Québec, Olivier Bernard, pharmacien et auteur du site Le Pharmachien, la qualifie de « l’une des thérapies les plus farfelues par son mode d’action ». Il précise : « Les données scientifiques à son sujet indiquent hors de tout doute que son efficacité n’est pas différente de celle d’un placebo. » Le marché homéopathique destiné aux humains s’avère beaucoup plus lucratif que celui des animaux. Ce secteur comprend notamment les entreprises Boiron et Homeocan. La présidente de cette dernière, Michèle Boisvert, a d’ailleurs cavalièrement refusé de répondre à nos questions.