fbpx
Les éleveurs de chèvres sont sollicités pour renforcer leur troupeau contre la tremblante. Archives / TCN

Les éleveurs de chèvres sont sollicités pour renforcer leur troupeau contre la tremblante. Archives / TCN

L’ACIA veut éradiquer la tremblante chez la chèvre

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) demande la collaboration des éleveurs de chèvres afin de détecter et d’éradiquer la tremblante par la résistance génétique.

Ce procédé se fait depuis une quinzaine d’années chez le mouton et maintenant l’agence souhaite l’étendre au secteur caprin. Le Dr El Mehdi Haddou, de l’ACIA, explique à La Terre qu’avant, lorsque cette maladie mortelle qui s’attaque au système nerveux central de l’animal était détectée dans un troupeau de moutons, toutes les bêtes devaient être euthanasiées. C’est ce qui se fait chez la chèvre. « Des études ont montré que des moutons présentaient des génomes spécifiques résistants à la maladie. Depuis, au lieu d’éliminer un troupeau, on détruit seulement ceux qui sont plus sensibles ou qui ont la maladie. On mise aussi sur le développement génétique. C’est moins dur pour le mental et l’industrie », souligne-t-il.

Le docteur précise que depuis 2020, il a été statué, selon des études européennes et américaines, que cette méthode pouvait aussi être utilisée pour la chèvre. L’ACIA a donc entrepris de développer un programme de contrôle pour le secteur caprin. Ainsi, si l’animal a l’un des deux génomes, aussi appelés allèles, S146 et K222, il sera considéré comme résistant à la tremblante. Le premier est surtout présent chez les races de boucherie comme la Boer et la Savannah, ainsi que chez la race laitière Nubian. Le second est plus rare et a été détecté dans des troupeaux laitiers de race Toggenburg. Ces génomes pourraient aussi être présents chez d’autres races, selon les données internationales.

L’identification aidera

Pour l’instant, l’ACIA a peu de données sur les chèvres canadiennes puisque celles-ci ne sont pas obligatoirement identifiées et traçables. « C’est difficile pour nous de prélever un échantillon d’une chèvre à l’abattoir. L’identification permet de la tracer jusqu’à la ferme et aux animaux qu’elle a côtoyés », indique le Dr Haddou. Il encourage donc les éleveurs à identifier leurs animaux pour pouvoir prélever des échantillons à l’abattoir. Il est aussi possible de faire tester une bête de plus de 12 mois décédée à la ferme en communiquant avec le bureau de l’ACIA de sa région. « Chaque fois qu’on détecte la maladie, on déclenche le processus pour retracer l’élevage et tester les autres », indique le docteur.

La tremblante se transmet par une exposition à un animal infecté ou à un environnement contaminé. Un animal peut aussi être porteur de la maladie sans en présenter les symptômes et être un vecteur d’infection. Il s’agit de la même souche que la tremblante du mouton.

Les éleveurs qui aimeraient connaître le génotypage de leur cheptel peuvent effectuer des prélèvements sanguins et les envoyer au laboratoire GoatGEN ou au Laboratoire de santé animale de ­l’Université de Guelph.