fbpx
Le lavage trachéal est un outil diagnostique utile pour identifier rapidement l’agent causal d’une pneumonie, généralement une bactérie ou un virus.

Le lavage trachéal est un outil diagnostique utile pour identifier rapidement l’agent causal d’une pneumonie, généralement une bactérie ou un virus.

Un outil supplémentaire pour la gestion des pneumonies

Un épisode de pneumonie qui infecte un troupeau engendre des coûts considérables. À ces pertes attribuables, entre autres, aux traitements antibiotiques et au le lait jeté pour éviter les résidus médicamenteux, s’ajoutent la charge de travail supplémentaire nécessaire ainsi que les mortalités, particulièrement chez les veaux en période de présevrage. De plus, il a été démontré qu’un animal ayant eu des problèmes respiratoires ne sera pas aussi performant, tant en production laitière qu’en reproduction.

Le lavage trachéal est donc un outil diagnostique utile pour identifier rapidement l’agent causal d’une pneumonie, généralement une bactérie ou un virus. Le traitement le plus efficace sera ensuite prescrit pour l’animal malade selon le résultat obtenu.

Pour un troupeau touché par une épidémie de pneumonie, un plan de prévention spécifique peut être élaboré grâce au lavage trachéal. Cette procédure peut être réalisée directement à la ferme, une fois l’expertise acquise par le médecin vétérinaire.

Médecine curative

Cette technique, appliquée sur des animaux vivants en début de condition, est avantageuse puisque auparavant, les agents responsables de pneumonies étaient presque exclusivement diagnostiqués à la mort de l’animal. Malgré tout, la nécropsie devrait être pratiquée de routine et servir de test de référence lors d’une mortalité à la ferme. Le lavage trachéal, dont les résultats sont bien corrélés avec ceux d’une nécropsie, peut, quant à lui, s’effectuer en début de condition, permettant ainsi d’augmenter les chances de survie des animaux atteints. Selon la situation, un traitement sera administré en première ligne afin d’éviter que ceux qui sont touchés ne dépérissent.

Le traitement mis en place sera réévalué à la lumière des résultats obtenus puisque l’antibiogramme accompagnant la culture détectera la présence de résistance aux antibiotiques pour les pneumonies de cause bactérienne. Les autres cas similaires seront alors rapidement traités avec le médicament le plus efficace et l’utilisation des antibiotiques de classe 1 sera réservée aux cas le justifiant.

Médecine préventive

Dans un contexte de médecine de troupeau, le lavage trachéal doit être exécuté avant qu’un traitement antibiotique ne soit administré. Plusieurs animaux doivent parfois être testés afin d’obtenir un portrait adéquat. Il est suggéré d’investiguer pour la pneumonie lorsqu’un 3e cas similaire se présente. Il est alors peu probable que le problème ne soit dû qu’au hasard. Bien sûr, ce test peut être effectué plus tôt selon les situations et l’historique de l’élevage concerné. Un protocole de vaccination mieux adapté aux causes de pneumonies du troupeau pourra alors être mis en place avec l’éleveur. Les mesures choisies peuvent varier entre l’instauration d’un programme de vaccination, une modification du type de vaccin ou une intensification du programme déjà établi. Par ailleurs, il est bien connu qu’une ventilation adéquate des bâtiments diminue les risques de pneumonies. Une évaluation de celle-ci pourrait alors être recommandée.   

La procédure

Le lavage trachéal, une procédure pouvant être effectuée par le vétérinaire à la ferme, consiste à injecter de la saline stérile dans la trachée, puis de recueillir immédiatement une portion de ce liquide. L’échantillon envoyé dans un laboratoire externe est analysé et les résultats sont obtenus après deux à cinq jours.

Dre Katherine DesCôteaux, M.V., collaboration spéciale 

En collaboration avec Dre Josée Lemay Courchesne, M.V.