fbpx
Les plaies, les coupures et les éraflures sont fréquentes chez les animaux de la ferme. Crédit photo : Facebook Christian Dubé

Les plaies, les coupures et les éraflures sont fréquentes chez les animaux de la ferme. Crédit photo : Facebook Christian Dubé

Premiers soins des animaux de la ferme

Les animaux se blessent rarement à un moment opportun ou à un endroit convenable. Cela crée de vraies situations d’urgence.

Il est judicieux que les éleveurs soient bien préparés à faire face à différentes éventualités et qu’ils aient à leur disposition les articles de base pour prodiguer les premiers soins à leurs animaux en attendant l’arrivée du médecin vétérinaire.

Les animaux blessés peuvent réagir de façon imprévisible. Une attention particulière et une contention adéquate sont importantes pour éviter les blessures supplémentaires et prévenir les accidents impliquant les gens qui donnent les premiers soins.

Les plaies, les coupures et les éraflures sont fréquentes chez les animaux de la ferme. Celles-ci doivent être lavées délicatement avec un savon doux pour la peau, tel Ivory. Il vaut mieux utiliser de l’eau saline stérile que l’eau du robinet. Une solution physiologique pour les yeux, provenant de la pharmacie, peut également être utilisée pour rincer les plaies. Une seringue peut servir à arroser efficacement les plaies contaminées ou très sales. Les onguents antiseptiques que l’on applique devraient préférablement être hydrosolubles. Ceux qui sont occlusifs, tels la Vaseline, peuvent retarder la guérison. Il est important de noter que certains onguents doivent être retirés de la peau après un certain temps. Les éleveurs doivent vérifier attentivement les ingrédients actifs des produits et consulter leur médecin vétérinaire avant de les utiliser.

Les plaies, notamment celles situées sur les pattes ou près du pis, peuvent endommager les vaisseaux sanguins et entraîner une perte de sang importante. Les saignements légers à modérés peuvent être contrôlés en exerçant une pression directement sur la plaie avec des gazes stériles. Un bandage compressif peut être appliqué sur celle-ci, mais ne doit pas compromettre la circulation des tissus voisins. Lors d’un saignement abondant ou si une pression de quelques minutes n’a pas permis d’arrêter l’hémorragie, l’animal doit être rapidement examiné par un médecin vétérinaire. Une correction chirurgicale ou une transfusion de sang pourraient être nécessaires.

Un corps étranger peut se loger dans les yeux de l’animal et entraîner des lésions sur la cornée. Ceux-ci peuvent être rincés avec une solution d’eau saline stérile. Évitez de tenter de retirer l’objet avec les doigts ou en frottant les paupières. Selon le comportement de l’animal, votre médecin vétérinaire pourrait devoir recourir à une sédation pour prévenir des lésions supplémentaires.

Les ruminants peuvent développer une accumulation de gaz dans le rumen, appelée ballonnement. Lorsque celle-ci est sévère, le rumen peut comprimer les poumons et empêcher l’animal de respirer. Les grains et les légumineuses, généralement très appétants, peuvent accentuer ce problème. Le ballonnement peut être soulagé en passant un tuyau d’arrosage par la gueule jusqu’au rumen pour libérer le gaz. Un spéculum doit être utilisé pour éviter que l’animal ne mange le tube. Si le ballonnement est causé par une accumulation de mousse, des produits commerciaux (antigaz) administrés par la gueule peuvent aider à la disperser.

Caroline Constant, D.M.V., I.P.S.A.V.