fbpx
Lors des essais, le prototype de pulvérisation de trichogrammes a permis un contrôle de la pyrale du maïs comparable à celui obtenu avec l’utilisation des trichocartes. Crédit photo : FSAA

Lors des essais, le prototype de pulvérisation de trichogrammes a permis un contrôle de la pyrale du maïs comparable à celui obtenu avec l’utilisation des trichocartes. Crédit photo : FSAA

Un outil unique et novateur pour la lutte contre la pyrale du maïs

La culture du maïs sucré est l’une des plus importantes productions légumières de plein champ au Canada et représente la plus vaste superficie cultivée. Or, la production du maïs sucré requiert jusqu’à six applications de pesticides chimiques par année pour lutter contre son principal ravageur : la pyrale.

Les effets néfastes des pesticides chimiques sur la santé humaine et sur l’environnement sont bien connus et toujours d’actualité. Dans ce contexte, l’utilisation des trichogrammes est une solution de rechange efficace à certains pesticides chimiques homologués au Canada. Les trichogrammes, qui sont les ennemis naturels les plus utilisés au monde, peuvent en effet remplacer l’utilisation des pesticides chimiques contre la pyrale. Ils sont généralement libérés manuellement.

Vers une mécanisation

La mécanisation du lâcher de trichogrammes est fort prometteuse puisqu’elle permet des économies substantielles en matière de main-d’œuvre et une facilité incontestable d’introduction à grande échelle au champ. L’équipe de recherche du Département des sols et de génie agroalimentaire de l’Université Laval, en collaboration avec l’entreprise Anatis Bioprotection inc., a relevé ce défi en mettant au point un prototype unique et novateur de pulvérisation de pupes de trichogrammes efficace et facile d’utilisation.

L’utilisation d’un pulvérisateur pour lâcher les trichogrammes est doublement avantageuse puisque les producteurs agricoles connaissent déjà cet équipement et que la technologie de pulvérisation est bien établie. Aussi, le pulvérisateur est facilement disponible et simple d’utilisation, il assure une bonne uniformité d’arrosage, et les procédures de son étalonnage sont bien développées. 

Prototype testé avec succès

Le prototype de pulvérisation a été testé avec succès en laboratoire et au champ. Son utilisation a permis un contrôle de la pyrale du maïs comparable à celui obtenu avec l’utilisation des trichocartes. Il ne requiert ni l’engagement d’ouvriers qualifiés ni l’achat de cartons paraffinés, ce qui se traduit par des économies substantielles de temps et d’argent. Il permet de réduire davantage l’usage des insecticides chimiques et ainsi de préserver l’environnement.

Ces résultats nous encouragent à poursuivre l’étude afin de mettre au point un pulvérisateur à grande échelle tout en offrant aux producteurs un nouvel outil de lutte biologique. Cette invention est destinée au marché du contrôle de la pyrale non seulement dans la culture du maïs sucré, mais aussi dans les cultures de maïs-grain et de maïs à ensilage conventionnels et biologiques (sans Bt).

Trichogrammes libérés manuellement

La technique consiste à accrocher sur les plants de maïs des trichocartes qui libèrent de grandes quantités de trichogrammes pour parasiter les œufs de la pyrale. Cette technique qui a été mise au point dans les années 1970 est aujourd’hui aussi efficace que les insecticides chimiques. Par ailleurs, elle demeure à la fois restreinte pour des raisons de coût d’application et contraignante en termes d’application puisqu’aucune méthode de lâcher mécanique n’a encore été mise au point.

Mohamed Khelifi, professeur titulaire au Département des sols et de génie agroalimentaire