Un logement spacieux et une litière abondante permettent de mieux contrôler la qualité de l’air pour les génisses laitières. Crédit photo: Ordre des agronomes du Québec

Un logement spacieux et une litière abondante permettent de mieux contrôler la qualité de l’air pour les génisses laitières. Crédit photo: Ordre des agronomes du Québec

Logement des génisses laitières : le diable est dans les détails

Des génisses vigoureuses et en santé, voilà l’objectif de tout producteur. Pour y arriver, il faut tenir compte des impératifs biologiques des animaux, mais aussi des contraintes physiques et humaines à la ferme. Plusieurs façons de faire peuvent convenir; il suffit d’opter pour celle qui est le mieux adaptée à l’entreprise.

Il faut répondre à quelques questions de régie et d’alimentation avant d’arrêter son choix sur un logement :

  • Est-ce que l’on veut travailler au chaud ou au froid?
  • Comment veut-on nettoyer?
  • Quel sera le mode d’alimentation et quel type de lait sera servi?
  • Quelle sera la quantité d’aliments et à quelle fréquence seront servis les repas?
  • Comment peut-on apporter l’eau?
  • De quel type de litière disposera-t-on?
  • L’élevage sera-t-il en logement individuel ou en groupe?
  • À quel âge veut-on procéder au sevrage?

Pour le logement, il y a des éléments très importants à considérer.

Espace

Le veau a besoin d’espace pour pouvoir se retourner aisément sur lui-même et adopter des positions de repos adéquates. L’espace a aussi un gros impact sur l’humidité de la litière. Le volume d’air du bâtiment par veau est important pour réduire la charge microbienne de l’air et faciliter la ventilation. Il faut par ailleurs prendre en compte les périodes de pointe des vêlages pour éviter de se retrouver à court d’espace.

Température

Le logement doit permettre à la génisse de garder sa chaleur. La zone de thermoneutralité se situe entre 10 °C et 26 °C. Une génisse peut être gardée au froid pourvu que son alimentation lui permette de subvenir à ses besoins. Si elle a une litière abondante, elle pourra se faire un nid pour conserver sa chaleur. Le maintien d’une basse température améliore la qualité de l’air.

Ventilation 

Il faut que l’endroit soit suffisamment ventilé pour que l’air puisse être purifié. Un veau est couché de 20 à 22 heures par jour. Il est donc très important que l’air à la hauteur du sol soit renouvelé tout au long de l’année. Par temps froid, la vitesse du vent doit être réduite pour ne pas créer de courant d’air.

Hygiène

Il est important de prévoir une façon simple de faire le nettoyage au quotidien. De plus, pour réduire la charge microbienne, le logement doit être lavé et désinfecté autant que possible entre chaque veau ou à intervalles réguliers. Les matériaux doivent évidemment être lavables et il faut prévoir le drainage des eaux de lavage.

Lorsqu’on aura tenu compte de tous ces détails, on pourra dire qu’on aura réussi à éloigner le diable!

En bref

  • Espace par veau : de 24 à 35 pi2/veau jusqu’au sevrage
  • Densité animale : plus de 600 pi3/veau
  • Ventilation en hiver : 4 changements d’air par heure ou un vent froid de 60 pi/min maximum
  • Ventilation en été : 40 changements d’air ou un vent de 250 pi/min
  • Panneau des parcs : ouverts à l’avant et à l’arrière

Steve Adam, agr., Expert en confort, comportement et bien-être animal chez Valacta