fbpx
Isabelle Allard flatte l’une des 35 vaches sous régie biologique de la ferme-école de l’ITA de La Pocatière. Normand Caron, directeur de la ferme, souligne deux particularités : le troupeau est composé de 25 % de vaches canadiennes et un système de litière de ripe de bois compostée est utilisé. Le dôme rend également l’étable lumineuse. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

Isabelle Allard flatte l’une des 35 vaches sous régie biologique de la ferme-école de l’ITA de La Pocatière. Normand Caron, directeur de la ferme, souligne deux particularités : le troupeau est composé de 25 % de vaches canadiennes et un système de litière de ripe de bois compostée est utilisé. Le dôme rend également l’étable lumineuse. Crédit photo : Martin Ménard/TCN

L’ITA de La Pocatière prend le virage bio!

La Pocatière — L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) de La Pocatière intègre le bio dans son enseignement. « Le bio est une voie d’avenir, on le voit. Et comme maison d’enseignement, c’était tout naturel de proposer des programmes en bio », explique Isabelle Allard, directrice par intérim du campus.

Le programme de Gestion et technologies d’entreprise agricole offrira dès l’automne prochain trois nouveaux profils de spécialisation en agriculture biologique : production laitière, production animale monogastrique et production animale polygastrique. De plus, 745 heures de formation en agriculture biologique sont intégrées dans le programme de Technologie de la production horticole et de l’environnement (TPHE).

« C’est présentement le programme qui offre le plus de contenu technique bio au Québec. On pense que c’est le bon choix d’enseigner le bio et le conventionnel dans le même programme, car pour comprendre le bio, ce n’est pas mauvais de le comparer au conventionnel, et vice-versa », souligne Guy Langlais, directeur du programme TPHE. Une serre est, par ailleurs, en transition vers l’agriculture biologique. L’ajout du bio a fortement contribué à stimuler les inscriptions à ce programme, et le nombre d’étudiants en première année passera à près de 30 l’automne prochain, estime M. Langlais. « Je n’ai jamais vu une telle hausse en 30 ans », ajoute-t-il.  

Un campus uniquement bio?

La directrice Isabelle Allard promet que l’offre en formation bio augmentera à La Pocatière. « Nous avons beaucoup d’idées pour le bio et plusieurs autres programmes ont levé la main et veulent intégrer le bio », révèle-t-elle. Même le magasin général situé à l’ITA, qui vend les aliments produits par les étudiants, offre maintenant des produits biologiques. Cela dit, la directrice précise que son campus ne deviendra pas 100 % bio. L’enseignement de l’agriculture sous régie conventionnelle se poursuivra.