fbpx
La présence de vers de terre permet d’améliorer l’aération des sols, la croissance des racines et la gestion de l’eau, de réduire l’érosion et de maintenir le pH.

La présence de vers de terre permet d’améliorer l’aération des sols, la croissance des racines et la gestion de l’eau, de réduire l’érosion et de maintenir le pH.

Les vers de terre pour la santé des sols

Le sol… Nous le travaillons, nous l’enrichissons, nous le semons et nous souhaitons en retirer le meilleur rendement possible, mais, trop souvent, nous le malmenons. Pourtant, la santé d’un sol vient appuyer la rentabilité et la bonne qualité des productions agricoles.

Les changements climatiques sont bien présents et apportent leur lot de conséquences. Par exemple, nous constatons chaque année des périodes de sécheresse et de canicule qui mettent en danger nos cultures. À l’inverse, la forte abondance de précipitations rapides cause aussi des dommages autant à la culture qu’au sol en raison de l’érosion. Pour soutenir la rentabilité et la durabilité en agriculture, des solutions existent : augmenter la résilience des sols par l’apport de matière organique, implanter des engrais verts à la dérobée ou en intercalaire et favoriser la vie microbienne.

Des alliés indispensables

Les vers de terre sont des alliés indispensables en agriculture. En effet, la présence de vers de terre permet d’améliorer l’aération des sols, la croissance des racines et la gestion de l’eau, de réduire l’érosion et de maintenir le pH. La fertilité du sol est d’autant augmentée que les tortillons de vers contiennent une foule de micro-organismes qui font que les éléments fertilisants sont beaucoup plus assimilables par les plantes. 

Avec une bonne population de vers, la couche arable d’un sol peut être complètement digérée en cinq ans. De plus, dans 1 m3 de terre, on compte 500 m de galeries creusées par les vers, qui permettent l’écoulement de 170 mm d’eau à l’heure. Un gramme de vers représente quatre grammes de bactéries essentielles à la vie du sol. 

De plus, les tunnels de vers de terre Lumbricus terrestris peuvent résister des décennies dans le sol, même après la mort de leurs habitants. Ces tunnels permettent un drainage à la verticale comme aucune autre machinerie ne peut le faire.

Le ver est aussi un excellent laboureur. Il mange la terre et la rejette sous une forme enrichie de micro-organismes. Pour les producteurs et productrices en semis direct, le ver de terre est d’une utilité et d’une économie incontestable. 

Avec tous les bienfaits que cet être extraordinaire peut apporter à vos sols, pensez autrement. Pensez à le nourrir avec des cultures intercalaires et des engrais verts, un procédé communément appelé des « cultures de nourriture ».
Il convient également de travailler le sol le moins possible en laissant le ver effectuer son travail exemplaire de laboureur. On peut aussi opter pour des pratiques de conservation et laisser des résidus en surface. Pour constater toute la complexité du travail du sol, observez-le au début de la nuit. Vous verrez à quel point ce travailleur acharné joue un rôle remarquable.

Rappelez-vous qu’un sol sans vers de terre est un sol qui ne se reconstitue pas. En effet, un sol vivant est le point central d’une agriculture durable et rentable. Prenez soin de vos sols, ce sont des organismes vivants.

Hélène Beaumont, agr., enseignante en Gestion et technologies d’entreprise agricole au Cégep de Sherbrooke