fbpx
Paul Meldrum avec une des belles vaches de la ferme. Cet établissement, fier membre d’Agropur et nouvellement lauréat du prix Valacta pour l’excellence de son troupeau, a également remporté plusieurs récompenses pour la qualité de son lait. La production moyenne d’une vache à la ferme du Campus Macdonald est de 12 200 kg de lait par année, alors qu’elle est de 9 700 kg en moyenne au Québec. Crédit photo : Nancy Lavigne

Paul Meldrum avec une des belles vaches de la ferme. Cet établissement, fier membre d’Agropur et nouvellement lauréat du prix Valacta pour l’excellence de son troupeau, a également remporté plusieurs récompenses pour la qualité de son lait. La production moyenne d’une vache à la ferme du Campus Macdonald est de 12 200 kg de lait par année, alors qu’elle est de 9 700 kg en moyenne au Québec. Crédit photo : Nancy Lavigne

Gérer la ferme du Campus Macdonald, un défi motivant

Paul Meldrum est un vrai passionné. Après avoir mené de front, pendant 22 ans, le métier d’éleveur de vaches laitières et de journaliste spécialisé en agriculture, il a été engagé par la ferme du Campus Macdonald en 2004. Et il en assure la direction – avec un enthousiasme évident – depuis 11 ans.

Cette exploitation construite en 1907 est la seule ferme laitière toujours en activité sur l’île de Montréal. En plus de la laiterie, elle comprend un poulailler, une porcherie, une miniferme, des champs cultivés, un centre de recherche en agronomie et un autre en horticulture. La mission du Campus Macdonald est de favoriser la recherche, l’enseignement et l’éducation du public. « Si nous réussissons à mener à bien notre mission, c’est grâce aux employés, aux professeurs et à notre “troupeau d’étudiants”, qui travaillent tous ensemble pour atteindre les mêmes objectifs », explique le directeur.

Une ferme en milieu urbain

L’exploitation est très soucieuse de préserver la qualité de vie de ses voisins. Par exemple, on n’épand pas de fumier les fins de semaine et les jours fériés et on avise avant d’appliquer des herbicides. « J’ai remarqué que nous ne recevons plus de plaintes depuis que la ferme est ouverte au public. Ça nous permet d’entretenir d’excellentes relations avec nos voisins, car ils peuvent voir tout ce qu’on fait. On est comme dans un vaste aquarium et on n’a rien à cacher », ajoute M. Meldrum en riant.

Utile et éducative

Grâce au projet Nourrir McGill, plusieurs aliments produits à la ferme sont acheminés vers les cafétérias de l’Université McGill situées au centre-ville. Les besoins des étudiants en viande hachée sont ainsi comblés à environ 20 %, ceux en fruits et légumes en automne le sont à 50 %, et ceux en œufs sont satisfaits à 100 %.

L’exploitation accueille aussi plus de 6 000 personnes lors de visites scolaires, de camps d’été et de journées portes ouvertes. Le directeur est convaincu de l’importance du rôle éducatif de « sa » ferme. « Il faut voir les yeux des enfants s’écarquiller, raconte-t-il, lorsqu’ils découvrent que le lait vient des vaches et non du magasin! » Selon lui, ces visites donnent le goût à certains jeunes de s’inscrire au Campus Macdonald et d’assurer la relève. Il se dit d’ailleurs très impressionné par le niveau d’implication de ses étudiants à la ferme. Alors qu’on entend souvent dire que les millénariaux sont paresseux et égocentriques, M. Meldrum les trouve intelligents et vaillants. « Certains arrivent à la ferme à 5 h du matin pour traire les vaches, même la fin de semaine! D’autres se chargent de nourrir les porcs et les poules et de nettoyer les bâtiments. Je suis très fier de nos étudiants. Ils m’inspirent et me donnent confiance en l’avenir », lance-t-il

Le centre d’engagement communautaire

La vieille étable en pierre située à la ferme subit présentement une cure de rajeunissement. Elle rouvrira ses portes à l’automne 2019 sous le nom de Centre d’engagement communautaire de la ferme Macdonald. L’objectif principal du Centre est d’expliquer au grand public et aux écoliers comment les aliments sont produits.

Marie-Claude Ouellet, Agence Science-Presse