fbpx
Des essais à la ferme comparant différentes doses d’azote constituent l’une des meilleures méthodes pour déterminer les doses économiques optimales du maïs.

Des essais à la ferme comparant différentes doses d’azote constituent l’une des meilleures méthodes pour déterminer les doses économiques optimales du maïs.

Comment déterminer la dose optimale d’azote dans le maïs?

Bien que l’atmosphère terrestre renferme près de 80 % d’azote, cet élément demeure en quantité limitée pour la croissance des plantes.

Au Québec, le Centre de référence en agriculture et en agroalimentaire du Québec (CRAAQ) recommande de 120 à 170 kg N/ha pour la culture du maïs-grain selon la zone de croissance et le précédent cultural. Toutefois, depuis quelques années, les doses appliquées par les producteurs peuvent parfois dépasser les 170 kg N/ha. Comment déterminer la dose optimale d’azote dans la culture du maïs?

Voici les différentes méthodes possibles :

  • Suivre la recommandation générale du CRAAQ modulée selon le précédent cultural;
  • Utiliser des techniques permettant de mieux prédire les besoins selon les caractéristiques des champs vérifiées annuellement. Le test des nitrates dans le sol constitue un outil utilisé depuis de nombreuses années par plusieurs conseillers au champ. De nouveaux équipements disponibles sur le marché permettent maintenant de simplifier et d’accélérer la prise de décision grâce à cette méthode;
  • Utiliser les nouveaux concepts qui permettent de prédire les besoins. Ces outils sont basés sur des modèles prédictifs élaborés à partir d’observations au champ qui tiennent compte de plusieurs facteurs, tels que les sols et les conditions météo;
  • Réaliser des essais dans ses champs. Cette méthode constitue, sans aucun doute, l’une des meilleures pour déterminer les doses optimales à appliquer selon les différentes caractéristiques des sols d’une entreprise agricole. Pas besoin d’être un chercheur pour réussir de tels essais. Il s’agit simplement de tester trois ou quatre doses d’azote dans trois ou quatre bandes côte à côte d’une centaine de mètres chacune, tout au plus, dans les types de sols les plus fréquents de l’entreprise.

Une ou plusieurs de ces méthodes peuvent être nécessaires pour parvenir à cibler adéquatement les besoins en azote pour son entreprise.

Quelles doses devrait-on tester?

L’objectif est de voir l’ensemble de la courbe de réponse du maïs à l’azote, pour bien comprendre ce qui se passe. Donc, les doses devraient couvrir un large éventail. De nombreux scénarios peuvent être envisagés, mais il faut à la fois être efficace et tirer les conclusions les plus claires possible. Le meilleur scénario, selon mon expérience au champ des 25 dernières années, serait de tester quatre doses : la dose de démarrage et les doses totales (azote au semis et azote en post-levée) de 150, 200 et 250 kg N/ha. La dose de démarrage permet de mesurer le potentiel du sol à fournir de l’azote au maïs. Des mesures de rendement devraient être effectuées dans chacune des bandes; il est conseillé d’en prélever plusieurs afin d’évaluer la variabilité de la réponse. L’analyse des données peut être réalisée par le producteur ou par un conseiller agricole.

Pour un rendement supérieur en grains

Lors de la recherche de la dose optimale, chaque unité supplémentaire d’azote devrait permettre d’obtenir un rendement supérieur en grains qui devrait être supérieur aux coûts des engrais. Dans la majorité des cas, l’augmentation des rendements est beaucoup plus marquée avec les premières doses croissantes d’azote, pour atteindre finalement un plateau.

Une collaboration de Gilles Tremblay, agronome, MAPAQ