fbpx
Photos : Hydro-Québec

Photos : Hydro-Québec

Une serre plus verte avec l’énergie propre d’Hydro-Québec

Ce texte est une présentation
d’Hydro-Québec


Vous avez des projets serricoles ? Cultiver vos fruits ou légumes à l’année, agrandir votre serre, acquérir de l’équipement plus efficace… Avec son énergie verte et abordable, Hydro-Québec peut vous aider à vous démarquer et contribuer à réduire votre empreinte environnementale.

Forte d’une énergie propre, renouvelable et fiable, Hydro-Québec est votre partenaire de choix pour vous aider à chauffer et à éclairer votre serre en toute confiance, tout en réduisant vos émissions de GES. De plus, en décembre 2020, l’entreprise a élargi l’admissibilité à l’option d’électricité additionnelle pour les producteurs en serre à un prix avantageux. Cette option s’applique à l’éclairage de photosynthèse et au chauffage des espaces destinés à la culture de végétaux.

Francis Terrault, directeur de production – Laitues et Dominique Côté, chef de culture.

Francis Terrault, directeur de production – Laitues et Dominique Côté, chef de culture.

Auparavant, seules les grandes installations qui avaient une puissance appelée d’au moins 300 kW pouvaient profiter de ce coup de « pousse ». Depuis six mois, ce seuil est abaissé à 50 kW, ce qui rejoint beaucoup plus de producteurs. « Pour la première fois, les serriculteurs peuvent considérer l’électricité comme une avenue de croissance pour leur entreprise », souligne François Désautels, délégué commercial à Hydro-Québec.

En contrepartie, les clients inscrits à cette option s’engagent à limiter leur consommation d’électricité lorsque Hydro-Québec en fait la demande, moyennant un préavis d’au moins deux heures, ce qui peut se produire durant les pointes de consommation hivernales par exemple.

L’éclairage de photosynthèse, incontournable, mais énergivore.

L’éclairage de photosynthèse, incontournable, mais énergivore.

La facture d’électricité désherbée

Selon Les Producteurs en serre du Québec, bon nombre de serriculteurs verront leurs coûts d’électricité baisser de 50 %.

C’est le cas de la serre d’Hydroserre, à Ham-Nord, qui n’a pas tardé à se prévaloir de l’offre dès l’annonce de l’élargissement de l’option d’électricité additionnelle. « Notre installation était trop petite pour nous y donner droit quand le seuil de puissance était à 300 kW. Nous arrivions tout juste en dessous, raconte Sylvain Terrault, président-directeur général d’Hydroserre. Les coûts d’électricité sont depuis passés d’environ 12 ¢/kWh à 5,59 ¢/kWh (NDLR : prix de 5,66 ¢/kWh depuis le 1er avril 2021). C’est une énorme différence pour nous, car cette serre d’un hectare est chauffée à l’électricité. »

Le système de chauffage électrique de la serre. Depuis décembre 2020, la serre de Ham-Nord coûte deux fois moins cher à chauffer.

Le système de chauffage électrique de la serre. Depuis décembre 2020, la serre de Ham-Nord coûte deux fois moins cher à chauffer.

Il est rare que les grands complexes de serres soient chauffés à l’électricité. Plus modeste que ces derniers, la serre de Ham-Nord avait déjà un chauffage électrique quand Hydroserre en a fait l’acquisition. « C’était très cher à chauffer, mais je trouvais l’électricité drôlement fiable pour la gestion de cette serre éloignée de nos autres installations. Aussi, l’électricité d’Hydro-Québec est verte. Ça rejoint nos efforts pour l’environnement. »

Un regain de vitalité pour le Québec

Sylvain Terrault n’y voit que du bon : « L’accès plus facile au chauffage électrique aidera les serriculteurs québécois à faire face à la concurrence nord-américaine. Nous serons nombreux à investir dans notre développement. En plus de profiter à l’autonomie alimentaire d’ici, nous pourrons mieux faire rayonner nos produits sur les tablettes des chaînes québécoises et consolider notre position en Amérique du Nord. Sans oublier la création d’emplois. »

Des laitues cultivées au Québec en serre, pour se régaler en toutes saisons.

Des laitues cultivées au Québec en serre, pour se régaler en toutes saisons.

Les économies attendues, combinées aux programmes gouvernementaux récents visant à favoriser l’alimentation locale et l’autonomie alimentaire, nourrissent les projets de Sylvain Terrault. « Nous avons sur la table à dessin quelques projets d’agrandissement. D’ailleurs, à Sainte-Clotilde, le développement envisagé est tel qu’il fera passer nos besoins de puissance de 7,5 MW à possiblement 20 ou 30 MW. »

Découvrons Hydroserre

Depuis près de 35 ans, les gens d’Hydroserre cultivent la passion. Leurs laitues croquantes ainsi que leurs poivrons et concombres bio se sont taillé une place gourmande dans l’assiette des Québécois. Leurs marques de commerce : Mirabel, pour les laitues hydroponiques, et VÔG, pour les légumes biologiques. Avec sa division Les Serres Lefort, Hydroserre produit aussi 65 % des transplants de légumes utilisés par les producteurs maraîchers d’un peu partout au Québec.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’option tarifaire d’Hydro-Québec pour la culture en serre ? C’est par ici !


Ce texte est une présentation d’Hydro-Québec.