fbpx

La petite séduction : le bleuet sauvage souhaite attirer les pollinisateurs indigènes

La pollinisation par les insectes est indispensable à la production du bleuet sauvage. Ainsi, l’introduction de pollinisateurs commerciaux tels que les abeilles domestiques, bourdons ou mégachiles est une pratique courante. Cependant, notre environnement foisonne d’insectes pollinisateurs indigènes qui rendent de fiers services aux producteurs de bleuets.

bourdon

Un projet* de recherche (2014-2016) vise à développer les connaissances sur la mise en place de parcelles de butinage en bleuetière. Plus spécifiquement, il s’agit d’évaluer l’impact des parcelles de butinage sur le taux de mise à fruit et le rendement ainsi que sur la diversité et l’abondance des pollinisateurs indigènes. Ultimement, nous souhaitons aussi estimer l’impact économique et évaluer les services environnementaux de cette pratique favorisant la biodiversité dans les bleuetières. Pour ce faire, une dizaine de parcelles de butinage déjà existantes ont été sélectionnées, et des pièges à insectes ont été installés à proximité et à au moins 500 m de celles-ci pour obtenir un comparatif.

Les résultats préliminaires de 2015 montrent que le taux de mise à fruit et le rendement sont supérieurs près des parcelles de butinage. En ce qui concerne la diversité des pollinisateurs, 72 espèces ont été capturées et, parmi celles-ci, Lasioglossum pilosum, la plus fréquente et abondante. Il s’agit d’un pollinisateur efficace du bleuetier. Enfin, il semble qu’une diversification des espèces de plantes introduites est à favoriser dans les parcelles. Il vaut mieux planter plusieurs espèces densément sur une petite parcelle que quelques-unes sur une très grande superficie.

Une seconde année de collecte de données est réalisée en 2016 pour dresser un portrait plus complet de l’impact des parcelles de butinage en bleuetière. Grâce aux résultats de cette étude, qui seront disponibles à l’hiver 2017, le Club Conseil Bleuet accompagnera les producteurs dans le projet de fleurir leurs bleuetières.

Mireille Bellemare, M. Sc. Biologie
Club Conseil Bleuet

*Projet de recherche : Il s’agit d’un projet financé par le programme Prime-Vert, Volet 4 – Appui au développement et au transfert des connaissances en agroenvironnement. Le demandeur du projet est le Syndicat des producteurs de bleuets du Québec; le Club Conseil Bleuet en est le coordonnateur scientifique. Les collaborateurs sont le MAPAQ (Laboratoire de diagnostic en phytoprotection et Direction régionale du Saguenay–Lac-Saint-Jean) et le CEDFOB.

 

bandeau-bas_clubs-conseils