fbpx
Traiter le fourrage avant sa fermentation en ensilage donne généralement de meilleurs résultats. Toutefois, l’utilisation d’additifs avant fermentation ne signifie pas que nous pouvons oublier les principes de base de la gestion de l’ensilage. Photo : Archives/TCN

Traiter le fourrage avant sa fermentation en ensilage donne généralement de meilleurs résultats. Toutefois, l’utilisation d’additifs avant fermentation ne signifie pas que nous pouvons oublier les principes de base de la gestion de l’ensilage. Photo : Archives/TCN

Traiter les fourrages ou l’ensilage ?

La question revient constamment sur la table. Devrais-je traiter mes fourrages avant leur fermentation en ensilage ou traiter l’aliment plus tard?

Tout d’abord, le traitement d’un fourrage implique l’ajout d’un additif. Les principaux additifs utilisés pour les cultures ensilées sont :

  1.  les inoculants bactériens;
  2. les acides organiques tels que l’acide propionique;
  3. les enzymes;
  4. l’azote non protéique tels l’ammoniac anhydre et l’urée. Chacun d’entre eux a un mode d’action différent, mais ils contribuent à améliorer la qualité de l’ensilage pendant l’entreposage.

Après fermentation des fourrages, la principale raison de traiter les ensilages est d’empêcher le chauffage de la ration totale mélangée (RTM) et d’augmenter la durée de vie des aliments. Pour éviter le réchauffement de la RTM, il faut contrôler l’introduction d’oxygène dans le fourrage et la croissance des souches de levures sauvages. Les levures sauvages sont des souches non bénéfiques qui deviennent actives une fois que l’oxygène est introduit dans l’ensilage. Elles grandissent et consomment rapidement les sucres disponibles et, ce faisant, génèrent beaucoup de chaleur. Contrairement aux options de traitement avant fermentation, les meilleures options pour empêcher le chauffage de la RTM sont les acides organiques, en particulier les acides acétique et benzoïque.

Quelle option est la meilleure?

Le dicton dit qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Traiter le fourrage avant sa fermentation en ensilage donne généralement de meilleurs résultats. Toutefois, l’utilisation d’additifs avant fermentation ne signifie pas que nous pouvons oublier les principes de base de la gestion de l’ensilage. Les additifs peuvent améliorer la bonne gestion, mais ils ne peuvent pas masquer les effets d’un stockage et d’une manipulation d’ensilage médiocres. Suivez également scrupuleusement les instructions du fabricant pour appliquer ces produits et assurez-vous que le matériel d’application est propre et bien entretenu.

Si le chauffage de la RTM se poursuit malgré une bonne gestion de l’ensilage, l’application de mélanges d’acide organique à la RTM peut aider à contrôler la croissance de la levure sauvage et des moisissures. Il a été démontré qu’un mélange d’acides organiques comprenant des acides propionique, acétique, benzoïque et sorbique réduit le chauffage de la RTM. 

Eugene Rodberg, gestionnaire de produits senior, Kemin Nutrition et santé animale  – Amérique du Nord