fbpx
Les pratiques de récolte peuvent avoir un impact sur la qualité des fourrages et sur les résultats d’analyse. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Les pratiques de récolte peuvent avoir un impact sur la qualité des fourrages et sur les résultats d’analyse. Photo : Martin Ménard/Archives TCN

Que disent les résultats d’analyse de vos fourrages?

Les analyses de fourrage sont comme le bulletin de la récolte. On est souvent impatient de savoir si notre ensilage ou foin sera aussi bon qu’il en avait l’air dans le champ. De nos jours, il y a de plus en plus de paramètres qui sont analysés. La protéine, la fibre, les minéraux et la digestibilité des fourrages : plus le fourrage est jeune, plus il est digestible et plus les animaux obtiennent d’énergie de cette plante.

Attention! On a beau récolter un fourrage jeune, encore faut-il qu’il se conserve. Les pratiques de récolte peuvent avoir un impact sur la qualité des fourrages et sur les résultats d’analyse. Le niveau de cendres d’un fourrage révèle la présence de contaminants. La hauteur de coupe et le raclage peuvent apporter des particules de sol ou de chaume dans les andains d’ensilage ou de foin. Lorsqu’il y a beaucoup de matières étrangères dans les ensilages, ceux-ci fermentent difficilement. Il faut savoir que les niveaux de cendre normaux doivent être en bas de 10 %. On voit jusqu’à 16 % des échantillons analysés avec des niveaux de cendre supérieurs à 10 %. Cela représente des pertes énormes, car ces ensilages se conservent moins bien.

Un bon moyen d’éviter que les fourrages ne soient contaminés avec du sol est d’effectuer une fauche à trois pouces de hauteur. Même si la luzerne peut supporter d’être coupée plus courte que les graminées, soit à un pouce, cette pratique occasionne la contamination des fourrages avec du sol.

La prise d’échantillon permet de bien connaître le potentiel de vos fourrages et est un outil essentiel à la prise de décision à la ferme. Bonne récolte! 

Andrée Bourgeois, agr., Trouw nutrition, une entreprise de Nutreco