fbpx

Le maïs profite de l’azote de la luzerne

Combien de producteurs gèrent leurs luzernières pour maximiser le crédit d’azote fourni au maïs? Probablement pas beaucoup. Au Minnesota, on estime qu’environ 3 % des superficies en maïs sont semées après une culture de luzerne.

Jeff Coulter, de l’Université du Minnesota, rappelle que la prairie de luzerne offre de multiples avantages : diminution de l’érosion, amélioration de la structure du sol, puits de carbone, bris du cycle des maladies, des insectes et de certaines mauvaises herbes. À court terme, c’est toutefois le résidu d’azote dont bénéficie le
maïs qui a la plus grande incidence économique.

On estime la contribution en azote pour le maïs suivant une prairie de luzerne à :

• 170 kg de N/ha si la luzernière compte 43 plants ou plus par m2;

• 110 kg de N/ha si la luzernière comporte de 20 à 30 plants/m2;

• 44 kg de N/ha si la luzernière contient moins de 10 plants/m2.

Quel est l’effet de la hauteur de la luzerne et du moment de l’enfouissement sur le crédit d’azote pour le maïs? Si la luzerne a plus de 20 cm de haut lors de la destruction de la prairie, on suggère d’augmenter le crédit de 45 kg/ha. De plus, l’enfouissement à l’automne est souhaitable parce qu’il améliore la disponibilité de l’azote, les bactéries ayant plus de temps pour minéraliser celui-ci. Pour cette raison, sur les sols sableux sujets au lessivage de l’azote, on conseille l’enfouissement au printemps.

L’Université du Minnesota recommande d’éliminer l’apport en azote dans une culture de maïs l’année suivant l’enfouissement d’une bonne luzernière dont le peuplement est élevé (40 plants/m2) et dont la taille dépasse 20 cm. Si l’on tient compte du fait que la productivité d’une luzernière diminue sérieusement après
12 fauches, n’est-ce pas une situation gagnant/gagnant? Faites le calcul et n’oubliez pas de donner le « crédit » à la luzerne.

 

Conseil québécois des plantes fourragères
Source : Minnesota Forage Research Symposium