fbpx
Le matériel végétal laissé dans le champ après la récolte est l’hôte parfait pour les levures sauvages et d’autres organismes fongiques. Photo : Archives/TCN

Le matériel végétal laissé dans le champ après la récolte est l’hôte parfait pour les levures sauvages et d’autres organismes fongiques. Photo : Archives/TCN

Pour réduire les levures sauvages dans les ensilages de maïs

Si vous avez déjà ajouté l’ensilage à la ration totale mélangée (RTM) et constaté qu’un échauffement se produit, que des odeurs désagréables sont générées et que les refus d’aliments augmentent, vous êtes probablement en présence d’une fermentation secondaire causée par la croissance des levures, qui s’activent lorsqu’elles entrent en contact avec l’oxygène.

Les pertes de consommation de matière sèche associées à l’instabilité aérobie s’élèvent à 5-7 % dans de bonnes conditions de gestion et jusqu’à 10-20 % dans des silos mal gérés. Voici ce qui peut être fait :

1) Pratiques agronomiques modernes

Le matériel végétal laissé dans le champ après la récolte est l’hôte parfait pour les levures sauvages et d’autres organismes fongiques (les moisissures en particulier). L’une des méthodes de gestion recommandées pour réduire la croissance fongique consiste à déchiqueter le matériel végétal résiduel pour en faciliter la dégradation.

2) Choix d’hybrides

En plantant des hybrides de maturités différentes pour une même culture, vous pourrez respecter les teneurs en humidité et les stades de maturité recommandés au moment de la récolte, et vous pourrez aussi remplir les silos et les tasser en fonction de leur capacité et du volume de la récolte. Faites correspondre la capacité du silo-couloir avec la superficie de la culture de même maturité pour permettre un remplissage rapide et complet du silo et améliorer la stabilité aérobie.

3) Augmentation de la rotation des cultures

Dans un système utilisant la même culture année après année, une sélection s’opère en faveur des micro-organismes fongiques les mieux adaptés à cette culture précise. Les systèmes de rotation peuvent perturber cette sélection et améliorer la qualité de l’ensilage.

Les producteurs peuvent choisir de ne pas récolter les cultures fortement touchées ou de les ensiler séparément dans des sacs d’ensilage, ce qui permet d’utiliser ces cultures touchées après un traitement avec un mélange d’acides organiques pour augmenter la stabilité aérobie.

Ces trois solutions, lorsqu’elles sont utilisées en combinaison avec d’autres bonnes méthodes de gestion de l’ensilage, comme l’utilisation d’un inoculant ou d’un mélange d’acides organiques, peuvent contribuer à atténuer la présence de levures dans les ensilages et à réduire l’effet négatif de ces levures sur la stabilité des aliments et le rendement laitier. 

Eugene Rodberg, gestionnaire de produits senior chez Kemin Industries